Bonne année coquine 2015

En Australie jusqu’en mai prochain, nous vous souhaitons une bonne et très coquine année 2015.

Que vos rêves les plus erotiques se réalisent, que vos envies les plus torrides vous fassent tourner la tête…

Nous en profitons pour vous transmettre quelque chiffres sur 2014.

Bonne année coquine !

En voici un extrait :

Le Musée du Louvre accueille chaque année 8.500.000 visiteurs. Ce blog a été vu 110 000 fois en 2014. S’il était une exposition au Louvre, il faudrait à peu près 5 ans pour que chacun puisse la voir.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Suite et fin – Mariage au Golfe de Saint Tropez –

Mots-clés

, , , ,

Nous rentrons nous coucher à 6h du matin. Fatigués mais heureux d’avoir tant joui et de s’être amusés, nous nous endormons tout de suite après une douche salvatrice.

Quelques heures après nous nous réveillons, je regarde le réveil, il est à peine 9h. Sophie est nue, allongée à côté de moi, mon envie d’elle est toujours aussi présente.  Je la caresse pour la réveiller doucement et pour mieux l’apprivoiser.

Je me colle contre ma belle, je caresse sa poitrine, ses fesses, ses jambes. Je presse mes lèvres contre son cou, ses épaules. Peu à peu ma belle se réveille. Elle pousse ses fesses contre mon sexe déjà tendu.

Je continue mes caresses, j’insiste sur sa poitrine. Ses seins sont doux, ils pointent déjà bien, je les caresse doucement pour mieux l’exciter.  Ma belle se frotte de plus en plus contre moi, elle veut se retourner, je l’en empêche et lui glisse aux oreilles :

-       « Tu vas te laisser faire aujourd’hui, je veux que tu sois à moi pour toute la journée !

-       D’accord avec plaisir. »

Je la caresse encore, je glisse un doigt entre ses cuisses. Je la découvre trempée. Ma coquine bouge ses fesses sur mes doigts, je nous sens déjà prêts à jouer pleinement.

-       «  Mets toi à quatre pattes, j’ai très envie de te prendre en levrette tout de suite !

-       Avec grand plaisir, j’en ai très envie aussi ! »

Sophie se met alors devant moi. Je découvre ses fesses, son intimité très ouverte, prête à nous laisser jouer. Je caresse ses fesses, je passe mes doigts entre ses cuisses. Ma belle bouge son bassin sous mes caresses. Je me masturbe doucement pour mieux lui montrer mon envie. La suite est calme, nous pensons que nos amis dorment encore.

Ne tenant pas plus de temps, je m’approche de Sophie, joue avec mon sexe sur ses fesses puis sans la prévenir je me glisse en elle.  Nous prenons tout de suite un rythme soutenu comme si nos envies ne s’étaient pas calmées…

Je lui impose mon rythme, je ralentis, accélère pour mieux lui faire comprendre qu’elle ne doit pas prendre d’initiative.  Je caresse sa poitrine, lui mordille l’oreille. Je nous sens déjà au bord de jouir. Je glisse à Sophie :

-       « Nous n’allons pas tarder à jouir, je t’interdis de crier en jouissant. »

Sa seule réponse est un coup de bassin me faisant bien comprendre ses intentions très dociles.

Sans plus attendre,  nos corps accélèrent. Je sens Sophie se tendre très rapidement, sa jouissance arrivant vite. Ne souhaitant pas la frustrer plus, j’accélère encore. Ma belle réfrène ses cris, ce qui a le don de multiplier ses envies.

Cela fait à peine dix minutes que nous sommes réveillés et déjà l’orgasme semble arriver. Dans un dernier élan commun, le plaisir nous habite. Sophie s’enfonce sur moi dans un dernier élan, je la sens jouir en même temps que moi. Son envie de crier est forte mais elle se retient.

Nous nous laissons alors tomber l’un à côté de l’autre et nous nous endormons presque instantanément.

Détail Sophie

Quelques heures après, nous entendons nos amis parler et rire dans la salle de séjour. Sophie est déjà réveillée, elle m’embrasse, je lui dis :

-       «  Tu ne t’es pas levée ?

-       Non, je voulais t’attendre.

-       Quelle heure est il ?

-       Il est treize heures passé.

-       J’ai très envie que tu me suces. »

Sophie découvre le drap, mon sexe est tendu par le réveil. Elle me masturbe sans attendre. Je me relève un peu, m’adosse au lit. J’écarte les cuisses pour lui donner un accès plus direct.

Je ferme les yeux, je sens son souffle chaud sur mon sexe. Sa bouche me prend, je me laisse aller à sa tendresse. Son rythme est très lent. Je savoure chaque seconde. Ses lèvres, sa langue me parcourent. Je la laisse jouer avec mon sexe. La douceur de sa bouche est un vrai bonheur.

Peu à peu ma belle accélère, elle me masturbe tout en continuant à me sucer. Sa langue joue avec mon gland. Sa bouche me parcoure tout du long. Ma coquine fait de long va et viens sur mon sexe.

 Je la laisse jouer ainsi un bon quart d’heure. Sa bouche est si divine que j’ai presque envie de la laisser aller au bout.

Ayant envie de jouer avec ma belle, je la relève, je m’allonge et je lui demande de venir mettre son intimité au dessus de ma bouche. Je pose mes mains sur ses fesses, ma coquine chevauche ma bouche.

Je lui imprime le rythme avec ma langue et mes mains.  Ma belle est trempée, je la fais bouger sur ma langue. Je goûte chaque centimètres carré de son sexe. Pour mieux l’exciter, je passe une main sur sa poitrine.

Ma langue entre ses cuisses, une main sur ses fesses, l’autre sur ses seins, ma belle commence à défaillir. Sentant un orgasme arriver, je retire ma langue pour juste l’embrasser.

Ma belle grogne de cet abandon. Je la laisse à ses grognements, je la fesse plusieurs fois.  Je laisse son envie redescendre un peu et ma langue se glisse à nouveau sur elle. Je joue avec son plaisir de la sorte.

Nous entendons à côté nos amis discuter. S’ils savaient l’état dans lequel nous sommes. La porte de notre chambre n’étant pas fermée à clef, ils pourraient y rentrer à chaque instant.

J’empêche ma belle de jouir trois ou quatre fois. Je ne lui accorderais le droit de jouir qu’en fin de journée.

Je fesse ma belle une dernière fois, lui demande de se retirer.

Sans rien dire, ma coquine se remet à quatre pattes devant moi. Je la félicite de cette initiative et lui précise :

-       « Tu sais que tu n’auras pas le droit de jouir !

-       Oui j’ai bien compris, je suis à ton service ! »

Je me redresse, écarte ses jambes un peu plus et la pénètre sans retenue.  Ma coquine est toujours aussi humide. Ne souhaitant pas la frustrer trop longtemps, j’accélère rapidement pour mieux nous libérer. Après à peine quelques minutes, je me laisse aller à jouir ! Sophie a le plus grand mal à refreiner un orgasme mais y parvient quand même…

Nous nous embrassons une dernière fois avant de nous habiller. Il est près de 14h30 déjà. Sophie sort la première pour saluer nos amis. S’ils savaient qu’à peine deux minutes avant nous étions l’un dans l’autre…

La journée se poursuit normalement, nous retrouvons la plupart des inviter vers 15h. Puis vers 17h, j’appelle Sophie et je lui glisse :

-       « Dans quinze minutes dans la chambre, nue, je te rejoindrai ! »

Je la regarde partir, je la sais déjà sur-excitée. J’arrive dans la suite en même temps que nos amis. Fatigués, ils entreprennent d’aller faire une sieste. Je leur réponds que nous allons faire de même.

J’ouvre la porte, je découvre Sophie nue, à m’attendre à quatre pattes fesses relevées.  J’ouvre mon pantalon et lui présente mon sexe.

Ma belle me suce sans attendre. Debout au bord du lit, je peux accéder à ses fesses que je caresse. Sa bouche est envoutante, suave ! Pour mieux l’aider, j’imprime des mouvements de bassin. Je joue avec sa bouche. Je me retire pour mieux revenir ensuite.

Nous jouons de longues minutes ainsi… Je me déshabille alors complétement et je demande à ma coquine de se retourner pour me présenter ses fesses. Je la fais avancer sur le lit, lui fait sentir mon sexe contre ses fesses. Ma coquine s’attend à être prise, je la pousse encore un peu de sorte qu’elle pose les mains au sol.

Ses fesses grandes ouvertes et relevées sont une réelle invitation. Je plonge ma langue entre ses cuisses. La surprise est telle que ma belle n’arrive pas à empêcher un râle de plaisir.  Je la fesse pour mieux la punir.

Ma langue est plongée dans son intimité. Je la sens au bord de défaillir. Les orgasmes retenus un peu plus tôt la rendent encore plus intenable. Je joue encore avec elle. Je lui fais croire que je vais accéder à sa jouissance.  A chaque fois je m’y refuse. Ma belle ne tiendra pas longtemps à ce jeu.

Je la relève, je m’allonge. Je décide alors de la doigter. Je la laisse jouer sur mon doigt. Sans un mot j’en glisse un autre entre ses fesses. D’abord surprise, elle se met vite à jouer avec mes deux doigts, l’un entre ses cuisses, l’autre entre ses fesses.

Je retire mon doigt de son intimité pour explorer seulement son anus. Je ressens de longs spasmes la parcourir. Son plaisir est à vif.  Je sais qu’en ces instants elle m’est totalement dévolue.

Sophie se cambre tant et plus. Je la laisse jouer avec mon doigt. Après de nombreuses minutes, je l’arrête. Je l’allonge sur le dos et je glisse entre ses cuisses.

Ma belle est totalement ouverte. Mes mouvements sont rapides et profonds. Elle se contracte sur mon sexe, la voir ainsi totalement abandonnée a le don de m’exciter. Dans un dernier coup de reins, je m’abandonne à ma douce coquine et lui offre une jouissance qui me paraît interminable…

Nous restons à savourer de longs instants ensemble. Nous nous embrassons, nos amis frappent à la porte pour nous dire :

-       «  Il est bientôt 19h30, nous retournons à la salle pour le repas de ce soir, vous nous rejoignez ? »

Sophie encore pénétrée leur répond : « oui on arrive ! »

Excités mais contraints par le timing, nous nous douchons puis nous rejoignons tout le monde quelque minute après.

 Détail Guillaume

Vers 22h, Sophie vient me voir. Fatiguée par ce long week-end et ses jouissances avortées, elle me propose d’aller nous coucher. Nos amis en pleine discussion avec d’autres personnes ne sont pas pressés de rentrer.

Nous regagnons notre suite puis notre chambre. Fatigués nous nous couchons rapidement. Lovée contre moi, je demande à Sophie :

-       « Tu dois être sur-excitée et plus que fatiguée ?

-       Oui je n’en peux plus !

-       Tu penses que tu as mérité de jouir ?

-       Je ne sais pas, j’espère avoir répondu à tes envies.

-       Oui ! Je crois que tu as mérité de jouir !

-       Tu me prends ?

-       Non j’ai autre chose de plus sympa, allonge toi sur le dos et laisse toi aller ! »

Je relève ses jambes, je plonge ma bouche entre ses cuisses. Ma belle est trempée comme rarement je ne l’ai vu !

Je glisse ma langue en elle, j’alterne entre son clitoris et son intimité. Je tourne autour, l’aspire, le lèche.  Après quelques coups de langue, ma belle commence à jouir. Elle me gratifie d’un premier bel orgasme.

Ne souhaitant pas l’abandonner à ce seul orgasme. Ma langue et ma bouche poursuivent leurs délicatesses. Ma langue glisse en elle, joue avec son envie. Très vite ma coquine me gratifie d’un deuxième orgasme plus présent. Ses cris sont de plus en plus fort. Je sens que le troisième l’achèvera définitivement !

Ma langue s’occupe alors de son seul clitoris. Je l’aspire, le lèche, le goûte. Mes doigts caresse sa poitrine. J’accélère encore, insiste tant et plus. Je me retire juste avant le troisième orgasme, je l’embrasse, puis sans un mot replonge en elle.

Surprise de cet aller-retour, elle s’abandonne encore plus. Ma langue goûte son clitoris, elle se tend. D’un coup, je sens l’orgasme tant attendu arriver ! Ma belle se libère de toute sa tension sexuelle pour jouir complétement sur ma langue.

Je l’accompagne dans sa belle jouissance…  Cette belle jouissance aura été la dernière d’une longue série pour ce week-end très particulier et haut en plaisirs !

Mariage & coquineries au Golfe de Saint Tropez

Mots-clés

, , , , , ,

Ce wee-end (27-28-29 juin) nous étions de mariage dans un magnifique domaine en bord de plage entre Bormes les Mimosas et Cavalaire sur Mer.

Nous avions réservé une suite avec deux chambres, suite que nous avons partagé avec un couple d’amis. Le mariage ayant lieu sur la plage le lendemain, nous sommes arrivés le vendredi soir.

Nous découvrons une magnifique chambre, nos amis sont déjà arrivés. Les chambres sont de part et d’autres de la salle de séjour. Le temps est splendide, pas un nuage ne gâche l’horizon. Nous profitons de la soirée pour aller à la plage privée où l’on installe déjà tout ce qu’il faut pour la célébration du lendemain.

La soirée est très douce. Nous la passons à nous reposer avec nos amis en attente du samedi. Nous nous réveillons tard, juste à temps pour le petit déjeuner. La cérémonie est à 17h, nous avons presque toute la matinée devant nous que nous passons à la plage.

Vers 14h, Sophie part se préparer. En la regardant s’éloigner en maillot de bain, son déhanchement me donne envie d’elle. Je me rends alors compte que nous n’avons pas pris le temps de jouer l’un avec l’autre. A 16h, je la rejoins. Je la découvre dans une magnifique robe verte satinée que je ne connaissais pas. Le haut de la robe, très serré, met en valeur sa poitrine. Sa taille est très soulignée, puis la robe devient volante pour s’arrêter juste au milieu des cuisses. Le tout rehaussé d’escarpins assortis de plus de 10cm.

Je me rapproche de ma belle, je lui susurre à l’oreille :

- « Tu ne veux pas que je te prenne là, comme cela ?
– Il faut encore que je me maquille et que je me coiffe mais ce soir , quand tu voudras ! »

Je file alors me préparer. Je mets un string ficelle noir, une chemise blanche, un costume sombre. Quinze minutes avant la cérémonie nous sommes prêts, nos amis nous attendent dans le salon. Je ne peux m’empêcher de demander à Sophie :

- « Je peux voir ta culotte ?
– Interdit ! Tu la verras ce soir, pas avant. »

Je tente de passer ma main sous sa robe, Sophie m’arrête, ouvre la porte de la chambre et sort. Je la rejoins et nous partons pour la cérémonie. La cérémonie est charmante et se poursuit par un repas au bord de la plage.

Sophie PJ04Vers deux heures du matin, alors que la salle se vide un peu, Sophie vient vers moi et me demande :

- « Tu ne veux pas que l’on sorte ? Je t’avais promis que tu verrais ma culotte, j’ai bien envie de te la montrer… »

Nous nous embrassons et nous sortons sur la plage. Un peu de monde traine autour de la salle alors nous décidons de nous échapper un peu plus loin. 200m après, au bout de la plage, nous trouvons une chaise longue de l’hôtel avec un parasol. Il n’y a personne aux alentours, le coin est sombre et nous voyons au loin la salle et les invités entrer et sortir.

Sophie m’embrasse, je passe ma main sous sa robe. Je me dégage de son étreinte et je découvre un magnifique string en dentelle blanche. Je n’ai pas le temps d’en profiter que Sophie s’assoit sur la chaise longue, ouvre et baisse mon pantalon aux chevilles.

Ma coquine caresse mon sexe tendu à travers mon string d’une main et de l’autre caresse mes fesses presque nues. Je perle de plaisir tant ses caresses sont exquises. Nous entendons les vagues juste derrière nous. Je lève les yeux au ciel parfois pour regarder les étoiles. Je suis déjà dans un état second alors que nous n’avons encore rien fait.

Je sens les doigts de Sophie glisser sous mon string. Elle le fait glisser jusqu’à mes pieds. Ma belle approche sa bouche de mon sexe. Je me dégage de son envie, me baisse vers elle pour lui retirer son string. Je le pose alors sur la chaise longue et je laisse Sophie prendre sagement mon sexe en bouche.

Sa bouche fraiche contraste avec la chaleur de mon sexe. Ayant toute la nuit devant nous, je la laisse jouer avec mon sexe. Ma belle me suce doucement, je caresse ses cheveux, sa poitrine. Sa langue tourne autour de mon gland. Peu à peu ses mains viennent me masturber sans que sa bouche ne me quitte. Isolés au bout de la plage, par une belle nuit d’été, nous adorons jouer l’un avec l’autre de la sorte.

Plage coquineriesSans la prévenir, j’arrête Sophie. Je la fais allonger face à moi sur la chaise longue. Je me mets à genoux au bout de la chaise, relève sa robe et plonge sans d’autres préliminaires vers son sexe. Ma langue découvre alors son sexe complétement humide et presque intégralement épilé. Je joue avec son clitoris, l’abandonne pour mieux la parcourir. Je la lécherai des heures ainsi.

Sophie se redresse, je me relève et sans un mot, recommence à me sucer. Ses gestes sont plus rapides, plus cochons encore. Une sensation de plénitude m’envahit. J’adore nous sentir comme cela à jouer de la sorte en extérieur !

Je ne laisse pas faire ma douce longtemps. Je la repousse encore, et la lèche à nouveau. Pour mieux la goûter, je relève ses jambes. Je glisse du bord de ses cuisses, jusque sur son sexe si humide et offert à ma langue.

Nous passons près d’une demi-heure à alterner successivement cunnilingus et fellation. Cela nous met dans un état de jouissance quasi permanent ! Alors que je lèche Sophie, ma belle se redresse un peu et me demande suppliante :

- « Tu ne veux pas me prendre, j’ai envie de te sentir en moi ! »
Ne pouvons rien lui refuser, je relève ma belle. Nous nous embrassons de façon très coquine. Je baisse le haut de sa robe sous ses seins et relève le bas au dessus de ses fesses. Sophie se retourne, appuyée sur le mat du parasol. Juchée sur ses hauts talons, fesses tendues, je la pénètre ainsi. La sensation qui nous envahit alors est indescriptible !

Nous nous chuchotons des mots qui nous appartiennent tout en regardant les étoiles. Nous ne regardons même plus si quelqu’un peut venir ou nous voir. L’un dans l’autre, l’un avec l’autre nous sommes en pleine jouissance. Pourtant nous savons tous deux que la nuit sera encore longue et que nous ne nous laisserons pas aller à l’orgasme tout de suite. Sophie est parcourue de spasmes, ses gémissement se font de plus en plus fort.

Ayant envie de la lécher, je me retire tout doucement. Je cambre ma douce au maximum et je me mets presque à genoux pour mieux la lécher. Je succombe à la lécher ainsi. Ses gémissements et spasmes ne se calment pas. Ma langue accélère en elle pour mieux la faire succomber. Sans prévenir ma belle me targue d’un très bel orgasme. Ma langue s’en délecte avec passion. Je la lèche alors encore et encore pour ne pas faire retomber son excitation.

Après quelques minutes, ma belle se dégage de mon étreinte intime. M’embrasse, se met à genoux devant moi et me suce. J’attrape sa nuque et la guide sur mon sexe. Sa façon de me sucer me faire clairement comprendre qu’elle veut que je jouisse ainsi en elle. Je la laisse faire tout en sachant que je ne succomberai pas à son envie. Sophie utilise tous ses charmes et sa passion en me suçant. Je suis dans un état plus que secondaire. L’envie, le désir et le sexe m’entourent. Je la laisse jouer avec mon sexe pendant une éternité. Quinze, vingt ou trente minutes, je ne sais plus.

Me sentant au bord de jouir dans sa bouche. Je relève ma belle, l’embrasse. Nous nous étreignions l’un contre l’autre.

J’installe Sophie à quatre pattes sur la chaise longue. Fesses relevées, je me mets à genoux derrière elle. J’entreprends alors de la sucer pour mieux lui faire atteindre un nouvel orgasme. Ma langue glisse en elle. Je la sens au bord de défaillir. Je joue avec son envie, sa jouissance. Je fais monter son plaisir encore et encore. Ma langue tourne en elle. D’une main je lui caresse les fesses, de l’autre je me masturbe. Je la sens au bord de jouir. Ses gémissements sont très forts. Sentant que si je continue encore, Sophie ne pourra arrêter un bel orgasme, je retire ma langue et la prend en levrette.

Le changement de position la calme à peine quelques secondes. Je caresse sa poitrine, son ventre ses cuisses, son clitoris tendu tout en allant et venant en elle. Nous sommes gorgés de plaisir. Au loin nous voyons des gens sur la plage.

Nous ne tiendrons plus que quelques minutes de la sorte. Sophie ayant envie de me voir, elle s’installe en missionnaire. Dans les bras l’un de l’autre, nous nous embrassons, mon sexe va et vient en elle. Ses coups de bassin s’accélèrent, mes vas et viens aussi… Au bout de quelques instants, je sens ma belle jouir sur mon sexe ce qui a comme conséquence de me faire jouir en elle !

Nous restons un très long moment l’un dans l’autre à savourer ces instants. Le sentiment de plénitude qui nous habite est un pur bonheur. Les sentiments qui nous habitent sont si bons et indescriptibles.

Je me dégage lentement de ma douce. Nous nous rhabillons mutuellement. Une fois présentable nous nous dirigeons vers la salle. En regardant notre montre, nous nous rendons compte qu’il est près de 3h45 et que nous avons passé presque deux heures à faire l’amour sur cette plage !

Pourtant la nuit est loin d’être finie, mais ça, nous ne le savons pas encore… A suivre !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 415 autres abonnés