Étiquettes

, , , ,

Le 8 janvier, je vous proposais de gagner un de mes soutien-gorge. Le défi était simple, il suffisait de m’envoyer une histoire et l’auteur de l’histoire préférée en serait l’heureux gagnant.

Soutien gorge Sophie 3

J’ai reçu beaucoup de contributions. Certaines très courtes, d’autres qui représentent le début d’un livre. J’ai aimé les lire, que vous les écriviez pour moi. J’ai même cru y lire des propositions indécentes et parfois y voir autant de lubrucité que dans les écrits de Guillaume.  Après un choix difficile, c’est le texte de Kriss Cool que j’ai décidé de retenir. Le voici :

Charme et passion

Les périodes de soldes sont propices à faire de bonnes affaire et partant aux Antilles j’avais besoin d’acheter un nouveau maillot de bain. J’allais quitter le grand froid de la métropole pour aller me réchauffer au soleil, j’avais  hâte !

Je cherchait donc un magasin et je parcourais les rue de Limoges, mon regard se posa sur le magasin Charme et Passion un magasin de lingerie plutôt agréable  où de superbes modèles étaient exposés… Un vrai bonheur pour moi, fétichiste de la lingerie. Cela faisait très longtemps  que je n’en avais pas offert et depuis ma séparation j’étais sur les dents.

Je remarqua aussi que ce magasin vendait aussi de la lingerie masculine alors pourquoi pas des maillots de bains. Le magasin semblait vide de clients je me décida à entrer :

– « Bonjour madame je cherche un maillot de bain car je m’envole vers la Martinique la semaine prochaine.

– J’ai ce qu’ il vous faut vous avez de la chance ! »

La vendeuse était une jeune femme de 40 ans jolie et assez sensuelle avec une voix suave et chaleureuse. Elle était vêtue, d’un chemisier blanc  qui laissait entrevoir un soutien-gorge de couleur rouge et portait un petit jean qui moulait parfaitement ses formes.

– « Suivez-moi j’ai reçu une nouvelle collection. »

Je parcourais quelque mètres et arrivais dans le fond de la boutique entre  les collections de soutiens gorge, tanga et string. J’étais comme dans un rêve éveillé. 

Après avoir regardé plusieurs modèles la vendeuse me demanda si toutefois je n’avais pas besoin également de repartir avec de la lingerie.

– « Je viens de recevoir de nouveau boxers ils sont très sympathiques, confortables et sexy à souhait ils ont beaucoup de succès. »

Elle me regarda avec un petit sourire en coin l’œil pétillant.

– « Votre amie devrai beaucoup aimer !

– Hélas je viens de me séparer.

– Vous êtes célibataire…  Laissez-vous tenter… Si vous voulez vous pouvez même en essayer quelques uns ? »

A ce moment je devenais terriblement troublé.

– « Il est presque 12h et je dois fermer mon magasin mais prenez votre temps je dois continuer mon inventaire. »

Je regardais les différents modèles et je dois l’avouer, j’étais tombé sous le charme  de cette jeune femme.

– « Ah j’oubliais, j’ai également d’autres modèles mais n’importe qui ne porte pas ce genre de modèles, vous savez dans le vie il faut oser… »

Elle devenait très suggestive, je commençais à être de plus en plus troublé.

– D’autres modèles, c’est à dire ?

La vendeuse s’approcha délicatement, son parfum  me montait à la tète.

– « Fermez les yeux et suivez moi… »

Un petit rire s échappa de sa bouche, elle me prit la main et m’attira quelques mètres plus loin.

– « Touchez et vous me direz ce que vous en pensez? »

Je sentais le contact du tissus, c’était du tissus assez fin.

– « Vous devriez en essayez un  je vous donnerai mon avis. »

Je perdais complétement pied avec la réalité. Elle me demanda d’ entrer dans la cabine de fermer les yeux et d’essayer un modèle qu’elle était partie chercher à quelque mètres.

– « Essaye, cela ce devrait t’aller comme un gant, je reviens. »

Et elle me glissa à l’ oreille : « n’oublie pas de te rhabiller car j’ adorerai te déshabiller » et elle referma le rideau de la cabine en souriant… Je découvris que ce qu’elle m’avait choisit était un petit string  très mini de couleur blanc et terriblement échancré.

J’enfilais ce petit string, j’étais complétement troublé. Je bandais d’une force ! Je ressentais une drôle de sensation, le tissus tout entier me moulait, la ficelle du string était tendu comme la corde d’un Stradivarius. La vendeuse revint juste vêtue d’un petit peignoir de satin rose, elle entra dans la cabine.

– « Tourne toi je vais te bander les yeux et te déshabiller. » Je m’exécuta sans broncher et elle me banda les yeux.

– « Tu aimes ?

– J’adore ! »

Elle commença à m’enlever la ceinture de mon jeans, déboutonna ma chemise et m’enleva mon pantalon. Mon sexe se tendit, elle glissa un doigt sous le tissu de mon string et me dit : »je porte un petit tanga sous mon peignoir; bientôt c’est toi qui jouera avec moi mais avant penche toi. »

Je m’exécuta,  elle me donna une petite fessée et tendit délicatement la ficelle de mon string. J’étais aux anges ! Puis elle enserra doucement mes couilles

– « J’ai très envie que tu les vides mais pas tout de suite tourne toi en face de moi. »

Elle descendit le long de mon corps et s’arrêta au niveau de mon sexe qu’elle commence à embrasser doucement. Elle prit mon gland dans sa bouche et avec sa langue elle m’aspira.  Je sentais mes couilles durcirent et prêtes à éclater. Sa langue m’aspirait délicatement puis avec un doigt elle s’occupait de mon petit trou lentement, très lentement son ongle tourna autour de mon petit cul. Puis elle me demanda de m’ occuper d’elle

Je dégrafais son soutien-gorge, ses seins étaient fermes, doux. Je mordillais les tétons, la retourna. Ses fesses très rebondies étaient moulés dans un petit tanga doux et soyeux. Ma main caressa sa petit chatte humide et tout aussi douce et soyeuse.

– « Maintenant prends moi ! Je n’en peux plus !!! »

Je la pénétra lentement, doucement. C’était fou, délirant mais diablement bon. Ses fesses étaient dures comme de l’Eben et elle se laissait aller au plaisir. Puis elle me demanda de la prendre par devant : « Regarde moi je suis et je resterai ta dominatrice fétiche, avant de jouir en moi il faudra me promettre de revenir ! »

« Bien-sur » lui répondis-je et dans un dernier sursaut de plaisir mes couilles explosaient sur ses fesses, faisant briller sa peau délicate et parfumée.

Ce souvenir restera graver dans ma mémoire et quand je passe devant un magasin de lingerie,  je regarde toujours la vendeuse. C’est ma madeleine de Proust.

FIN

Comme promis, j’ai envoyé ce matin même (je passais en France) à l’heureux gagnant ce joli soutien-gorge. Du coup, n’ayant plus rien à me mettre voici le résultat :

J’espère que cette petite idée de jeux-concours vous a plu et si vous le souhaitez, je pourrais recommencer avec grand plaisir avec un autre objet : une culotte, des bas, des jarretelles… A vous de me dire.

Très coquinement. 

Sophie.