Nouvel an coquin à Osaka

Pour ces dernières heures au Japon, nous avons été invités chez des expatriés dans une jolie villa non loin d’Osaka pour y passer le nouvel an. Une vingtaine de personnes était attendue.

Nous y arrivons en milieu de journée, il y a beaucoup de monde. La maison est un mélange de style traditionnel japonais et de maison à l’européenne. Nous prenons rapidement possession de notre chambre et nous commençons à nous préparer.

Une grande salle de bain est disponible pour tous les invités. Nous passons l’après-midi à nous effleurer, à nous toucher juste quelques secondes. La tension sexuelle monte peu à peu.

Sophie opte pour une jolie robe courte en laine, des bas noirs et des talons hauts qui la cambrent avantageusement.

J’opte pour une chemise sombre et un pantalon assorti.

Alors que je m’habille Sophie en profite pour me caresser les fesses et me glisser :

  • « Je te dirai dans la soirée quand il faudra que tu ailles mettre ce joli string, tu auras le droit de choisir la culotte ou les dessous que je porterai tard ce soir… »

A peine ses mots sont ils lâchés qu’une érection me gagne. Sophie le sait, plaquée contre mon dos, elle descend mon boxer et me masturbe vigoureusement à peine quelques secondes. Elle me fesse et m’abandonne en me glissant :  » le reste ce soir ! ».

Je termine de m’habiller, je mets le string qu’elle a choisi de côté et je prépare ce que je vais lui faire porter. Je trouve une magnifique culotte en dentelle noire et rouge qui lui ira comme un gant…

La soirée bat son plein, nous passons de 2015 à 2016 rapidement. Alors que je discute de mon côté, Sophie passe derrière moi sans s’arrêter et me glisse un : « il est l’heure ! ».

Je vais à la chambre, il y a du monde partout autour. Je me déshabille pour enfiler le string. Mon excitation est très présente, j’en profite pour me masturber quelques secondes et je reviens discuter.

Je perds de vue Sophie une bonne partie de la nuit, vers 3h je la vois revenir. Je sens à sa façon de m’embrasser qu’elle a envie de jouer et de jouir. Il reste une petite dizaine de personne, nous nous éclipsons pour aller nous coucher.

Sophie m’attire vers la salle de bain, nous y sommes seuls, lumières éteintes. Nous remarquons qu’il est impossible de fermer à clef, tant pis !

Je colle Sophie contre le mur et je l’embrasse à pleine bouche. Nos langues se déchainent et nos caresses sont envoutantes. Ma coquine entreprend de me déshabiller.

Je suis très rapidement en string, sans rien d’autres. Sophie se met à genoux, libère mon sexe et commencer à me sucer. Sa première fellation de 2016 est à tomber, je sens toute son envie, son désir de me goûter ! Ses mains agrippent mes fesses, je la sens chienne.

Nous entendons non loin de nous, le reste des convives faire la fête.

Pour une fois, je n’ai pas envie de m’abandonner à sa bouche. Je la relève, l’embrasse et la fais asseoir sur le bord de la baignoire. Je me mets à genoux, je relève sa robe et je découvre sa culotte trempée.

  • « Quand as tu été la mettre ?
  • Juste après toi !
  • Tu es trempée…
  • Je mouille depuis cet après-midi. »

Je lui retire sa culotte, j’écarte ses cuisses et je la goûte enfin. Son fruit est chaud, délicat, humide, une merveille pour ma langue. J’essaye de lui donner le plus de plaisir possible. Elle s’agrippe à mes cheveux, ma langue la fait mienne.

Je joue avec son envie, son désir le plus longtemps possible. Je l’entends gémir, ses doigts viennent caresser mon visage. Je l’aime tant ainsi, ouverte au plaisir, offerte au désir. Être entre ses cuisses est le plus doux des supplices, je m’y perdrai des heures !

Je l’emmène jusqu’au bord de la jouissance. Elle me relève alors, essayant d’étouffer ses cris. Nous nous embrassons sans plus de retenue. Nos mains caressent nos sexes.

Juchée sur ses talons hauts, elle me tourne le dos. Je relève complétement sa robe et descend le haut sur ses hanches. Appuyée contre le mur, je me frotte contre elle pour mieux la prendre.

Je sens sa chaleur, ma coquine ne peut empêcher un long râle de plaisir. Nous sommes déjà à fond comme un couple d’amant ne s’étant pas vu depuis de nombreux mois. Incandescente, joueuse, salope, je la laisse mener la danse. Ses coups de bassin sont intenses.

Parfois je l’arrête, la fesse, l’embrasse et lui prends les seins à pleine mains. Je lui ferai l’amour des heures à ce rythme ! Une ou deux fois ses coups de bassin sont si forts qu’ils vont jusqu’à nous faire accroupir.

Je la sens au bord de jouir, j’agrippe alors ses épaules et je la prends bestialement. Ses fesses claquent, sa cambrure est maximale. Elle s’enfonce sur moi totalement. Dans un dernier élan, elle nous fait défaillir. Ma belle ne pouvant s’empêcher de crier je n’ai d’autre choix que de l’embrasser. Notre jouissance est un long moment de bonheur et d’amour.

Nous restons ainsi de longues minutes pour mieux profiter l’un de l’autre.

Au bout d’un moment, nous entendons des gens arriver. Nous nous habillons rapidement. A peine sommes nous sortis de la pièce, qu’une personne entre alors…

Il est 5h du matin, l’heure pour nous d’aller se coucher et de profiter encore l’un de l’autre mais dans un lieu beaucoup plus adéquat…

Moins de quinze jours plus tard, nous serons de retour en France après un long mais intense périple en Australie et Japon !

2 commentaires sur “Nouvel an coquin à Osaka

Ajouter un commentaire

  1. La peur d’être surpris est très excitante.

    Encore plus quand on sait que de l’autre coté de la porte, les convives ne sont pas du tout libertins.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :