Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

J’entendais les soupirs prononcés de Guillaume, ce qui m’incitait à être très joueuse et à accélérer ou décélérer aux moments opportuns. Je jetais quelques regards brûlant à Guillaume qui me renvoyait un sourire coquin et commençait à caresser ma poitrine.

Celle-ci avait fière allure. Totalement bombée et ayant pris quelques centimètres, ma poitrine se voulait généreuse d’envie.

Je demandais alors à Guillaume :
-« Je te propose que tu prennes ma place, qu’en dis-tu?
– Comment cela?
– Eh bien j’aimerais que tu t’asseyes là où je me trouve.
– Je ne sais pas car il faudrait que nous poursuivions notre chemin. Nous sommes tout de même à 1000 mètres d’altitude. La nuit va bientôt tomber et il commence à faire froid.
– Ah oui, tu as froid?
– Un peu… »

Ni une, ni deux, j’invitais fortement Guillaume à s’asseoir. Ce qu’il exécuta sans rechigner… signe qui me fait dire qu’il joue de moi et avec moi…J’adore…Je sentais mon sexe se tordre de désir et mes cuisses si moites.

Je regardais Guillaume à moitié nu sur ce rocher. Comment pouvais-je garder mon calme? L’homme qui me fait tant craquer se trouvait là devant moi dans la tenue qui lui va le mieux.

s3Je lui tournais autour… J’hésitais tout de même à entreprendre quelque chose. Peut-être disait-il vrai, nous sommes en altitude et il ne nous faudrait pas trop traîner si nous voulions rentrer avant la tombée de la nuit. Ce risque pris en rajoutait à notre excitation, je pense.

Doucement mais sûrement, je dégrafais mon soutien-gorge blanc et noir – façon push-up – acheté lors d’un de notre dernier voyage aux Etats-Unis. Guillaume l’apprécie beaucoup. J’espère qu’il appréciera d’autant plus ce qu’il va venir.

Doucement, je retirai ma jupe qui laissa découvrir mon sexe finement épilé. Une sorte de strip-tease en montagne, hummmm.

Il est à préciser que Guillaume se caressait doucement, ce qui me conduisit à tourner doucement autour de lui. Je frottais mes seins sur son sexe suave. Je déshabillais délicatement Guillaume en lui enlevant son tee-shirt – je sentais sa moiteur et sa vigueur, ce qui me rendait totalement électrisée et électrisante.

sans titre-true color-09Je demandais à Guillaume toujours assis sur ce rocher :
– « Guillaume, est-ce que tu aimes notre promenade? »
– « J’adore…je crois qu’on devrait aller plus souvent en altitude ! »

Nous avons perdu toute notion de temps, si ce n’est que le soleil perdait de sa luminosité. Mais qu’importe… ici, nous étions si l’un à l’autre, si l’un pour l’autre. Je serrais très fort Guillaume contre moi. Nous nous embrassions, encore et encore.

Nos corps brûlant se rapprochaient. Nos sexes s’effleuraient. Nous ne pouvions plus nous contrôler et ne le voulions très certainement pas.

Son sexe si glissant s’introduit en moi. Nous avons poussé un râle de plaisir si fort – espérons pas suffisamment fort pour être entendu dans la plaine. Nous rentrons dans une danse – à la fois sensuelle et sexuelle.

Sa peau était d’une douceur sans commune mesure, sa bouche si exquise invitant aux « baisers goulus ». Lui et moi… jouissant à précisément 1467 mètre d’altitude.