Soirée d’une Geisha

Ce fameux soir, toi et moi étions d’une humeur joyeuse. Toute la semaine, j’avais pour obligation, avec pour délai maximum samedi 12h, de t’appliquer quelques sucions en extérieur.

(Mal)heureusement, en raison de notre travail, je n’ai pu relever ce défi. Quel dommage…

Coquin que tu es, tu as bien-entendu affecté un gage à ce défi non réussi et à midi ce samedi tu m’as simplement dit:

– « Ce soir, ce sera dîner au restaurant sans culotte et surtout avec des boules de Geisha. »

lelo

Cette idée m’excitait et en même temps m’intimidait. La seule fois où j’en ai porté fut en intérieur. Je prenais une douche et m’habillais sur tes pressantes recommandations :

–  » Tu porteras un serre-taille porte-jarretelles avec une jupe « .

Une fois habillée, je te montrais ma tenue que tu inspectais et finalement validais.

J’aime sentir ton regard se poser sur moi et savoir que notre soirée coquine ne fait que débuter. A ton tour de prendre une douche et d’en ressortir nu sous ton pantalon. Je te dévisage de haut en bas…

Habillés de façon à la fois classique et sexy, nous sommes prêts à quitter notre appartement rue Décamps direction un restaurant très chic se trouvant à 10 minutes de là. Le froid est glacial en ce mois de février, mais étonnamment ne m’atteint pas. Les boules de Geisha sont si chaudes en moi et me réchauffent à chaque pas effectué… de ton côté, tu marches comme si de rien n’était et me demandes :

– « Qu’est-ce que cela fait ? »

Question à laquelle je réponds, un simple : -« chaudement! »

Nous approchons du restaurant. Elles s’entrechoquent toujours. D’un air coquin, tu me passes devant et ouvre la porte du restaurant. Ce dernier est petit, cosy et surtout plein à craquer. Je redoute l’ouverture de mon manteau, j’ai l’impression que l’on peut lire ce qui m’habite sur mon visage. Une fois assise, elles ne bougent plus, je ne les sens plus. Elles sont comme capturées en moi.

Durant le dîner, Guillaume reste impassible comme pour mieux me laisser les appréhender et jouer avec elles. Je me détends petit à petit, le jeu commence… A chaque gesticulement, je les sens bouger et pense à la suite. J’ai très envie de toi et ton air stoïque m’excite encore plus.

Le repas se termine. Il va me falloir me lever, prendre mon manteau. D’ailleurs, c’est le même exercice pour toi qui bandant sous ton pantalon sans sous-vêtements doit te lever… Nous nous regardons malicieusement, nous nous levons, nous nous frottons furtivement.

Le trajet vers la maison est sans fin, j’ai envie de toi et n’ai plus envie d’attendre à tel point que l’escalier de notre immeuble sera la 1ère halte pour quelques sucions délicatement apposées sur ton sexe.

Une fois la porte fermée, nous nous retrouvons nus en quelques instants. J’ai encore follement envie de te sucer avec elles en moi. Tu vas les chercher rapidement et remarques que le petit nœud de satin que tu y avais attaché pour mieux les chercher a disparu.

J’ai, sans doute, dû le perdre au restaurant ou durant le trajet…

Tu ne te fais pas prier et joue avec elles. Je suis trempée, j’ai tellement envie que ces boules soient remplacées par ton sexe qui devient de plus en plus dur dans ma bouche. Assis sur le canapé, tu es si sexy dans ton simple appareil.

Nous nous tournons autour, jouons l’un avec l’autre se frottant et s’excitant jusqu’à ne plus faire qu’un.

22 commentaires sur “Soirée d’une Geisha

Ajouter un commentaire

  1. Je dois avouer que ce petit récit m’a quelque peu émoustillé !
    Je viens de m’offrir des boules de geisha un peu spéciales car elles sont télécommandées / vibrantes et rotatives ! Je cherchais justement comment les utiliser dans un environnement aucunement intimiste et ce petit retour d’expérience m’a donné quelques idées…
    Je vous donnerai un avis sur ces boules de geisha high-tech dès que je les aurai testé !

  2. Une aventure que nous n’avons jamais essayé. Nous ne possédons pas de boules de geisha. Ce n’est pas pour le prix. juste l’occasion qui ne s’est pas présentée.
    Mais votre récit donne envie d’essayer.

  3. J’ai découvert ce poème de Baudelaire et j’adore!
    « La femme cependant, de sa bouche de fraise,
    En se tordant ainsi qu’un serpent sur la braise,
    Et pétrissant ses seins sur le fer de son busc,
    Laissait couler ces mots tout imprégnés de musc:
    – » Moi, j’ai la lèvre humide, et je sais la science
    De perdre au fond d’un lit l’antique conscience.
    Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants,
    Et fais rire les vieux du rire des enfants.
    Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles,
    La lune, le soleil, le ciel et les étoiles!
    Je suis, mon cher savant, si docte aux voluptés,
    Lorsque j’étouffe un homme en mes bras redoutés,
    Ou lorsque j’abandonne aux morsures mon buste,
    Timide et libertine, et fragile et robuste,
    Que sur ces matelas qui se pâment d’émoi,
    Les anges impuissants se damneraient pour moi! »

    Baudelaire

  4. Bonsoir les amoureux! Eh bien comme je vous le disais je commence l’exploration de votre blog… avec plaisir. Cette premiere histoire trs réaliste me fait repenser à mes propres expériences! j’adore cela. Votre ecriture est toute simple, agreable … amoureuse!

    merci et à très vite!

  5. Bonjour Sophie et Guillaume ! Pour une découverte de votre blog que je fais ce jour , c’est une solide entrée en matière ;Un diner au restaurant des plus érotiques qui soit . Un petit jeu érotique qui stimule les sens et me donne des idées . je vais faire un tour sur vos anciens billets . Bon week end à vous deux .

  6. Bonjour les coquins!
    Encore une belle histoire bien écrite.
    J’aime sentir votre complicité dans vos récits… Car au dessus du sexe, c’est surtout la complicité qui fait durer un couple…
    Vous êtes partis pour durer les coquins, c’est beau.

    Pour écrire sur ces boules de geisha, chaque femme doit être différente, et heureusement!
    Chez nous, ces boules ne font aucun effet dévastateur sur Kristel. Un peu d’excitation… mais si peu… et si loin de ces récits où les femmes jouissent en pleine rue au simple fait de marcher 🙂
    Nous les hommes… fantasmons sur ces boules… parce que je pense on aime assister avec un peu de distance au plaisir de notre femme…

    Mais je me dis que cette coquine de Kristel qui est en train d’encore de devenir plus coquine pourrait être tentée d’essayer de nouveau…

    Guillaume, Sophie, continuez à nous partager un peu votre complicité… Elle est belle, elle est saine et surtout teintée d’amour…

    Comme quoi… Le sexe… C’est pas juste une affaire de « ça »… Mais surtout une affaire de complicité pour des jeux, de l’excitation, de l’envie, du DESIR, … avant de s’aimer passionnément…

    Le sexe sans complicité et passion est une peu tel une délicieuse soupe où il manque des épices…

    Bon week-end

  7. Je n’ai pas trop bien compris,(je ne connais pas les boules de geisha) mais le peu que j’ai saisi, me fait penser que vous êtes un couple heureux. Et c’est cela qui est important. Bonne continuation

  8. Bonjour,
    Quel blog magnifique, et que de belles histoires….qui réveillent nos sens et bousculent nos interdits!
    Je vous à embrasse toutes et tous, et continuez pour notre plus grand plaisir.

    Le cry baby bullet peut s’obtenir sur mon site (code SOPHIE&GUILLAUME réduction de 20%).

  9. Merci pour l’accueil.
    Donc dorénavant je ne ferai plus le timide et n’hésiterai pas à poster.

  10. Merci ! Nous ne connaissaons pas le cry baby bullet avec télécommande mais c’est une suggestion intéressante.
    Nous vous ferons signe si un jour nous l’achetons et l’essayons 😉

  11. Récit très coquin, j’ai adoré…moi je préfère le cry baby, bullet avec télécommande que l’on peut actionner à distance et dans des endroits fréquentés…j’adore sentir « cette chose » en moi que mon compagnon peut activer à tout moment à la vibration choisie….une
    expérience inoubliable!!

  12. Merci pour ce commentaire, il ne faut pas avoir peur vous êtes le bienvenu chez nous. D’ailleurs, d’autres commentaires ont suivi 😉
    Nous aimons avec Sophie nous amuser à ce genre de jeux, que nous aimerions pratiquer encore plus.

    Au plaisir de lire vos commentaires.

  13. Bonjour,
    je vous suis depuis un moment et je n’ai jamais osé franchir le pas du commentaire, mais voilà, je me lance.
    Je dois dire que je trouve splendide votre coté épicurien, profiter de chaque moment de plaisir quand il se présente sans forcément l’avoir prévu. Même si dans votre dernière aventure il y avait un certaine planification de Monsieur. En tout cas bravo à Madame d’avoir réalisé ce gage.

    En espérant continuer de vous lire.

  14. Merci ! Qui sait peut être que vous nous avez déjà croisé ainsi. Pour ce qui est de l’absence d’effet quand on ne bouge pas, il faut dire que l’effet psychologique est lui toujours bien présent et pour les deux partenaires.
    On verra pour l’oeuf vibrant radiocommandé.
    A bientôt.

  15. Très joli récit 🙂 En effet, j’aurais adoré être un de ces passants qui pour voir la tête de Sophie à chacune des vibrations des boules.
    Un jouet délicieusement émoustillant mais qui pour moi a un inconvénient : celui de n’avoir quasiment aucun effet quand la personne ne marche pas.
    C’est pour cela que j’affectionne l’oeuf vibrant radiocommandé 😉

    Au plaisir de vous croiser (peut-être) dans les rues de notre fabuleuse capitale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :