Un week-end dans les étoiles – 1/4 –

Au mois de septembre dernier, comme le temps était au beau fixe nous avions décidé d’aller nous perdre dans un château du Beaujolais. Pour ce faire nous avons pris quatre jours de vacances, direction Lyon, notre ville natale. En ce jeudi de fin septembre, il fait très beau, plus de 25°c, il n’y a pas trop de monde sur les routes. Nous prenons l’autoroute direction Lyon.

 Avant de partir Sophie m’a préparé mes affaires, elle me fait porter un pantalon beige moulant mes fesses, une chemisette blanche et un string noir pour soulever le tout. Pour ma part j’ai choisi de lui faire porter une robe noire à pois blancs, un soutien-gorge noir en fine dentelle et une culotte à frou-frou rouge.

Nous descendons tranquillement vers Lyon, la route se fait rapidement. Après deux heures nous faisons une pause, Sophie prend alors le volant. Nous n’avons pas redémarrer que ma coquine me glisse un perfide :

  • Il fait très chaud aujourd’hui…
  • Tu trouves ?
  • Oui, vivement que l’on arrive qu’il fasse moins chaud… Enfin…
  • Tu pourrais te déshabiller…
  • Je n’ai pas en grand chose à enlever !
  • Ta culotte ne te donne pas chaud ?
  • Si et toi aussi tu me donnes chaud habillé ainsi.
  • Tu pourrais l’enlever là ?
  • Pas encore mais pourquoi pas au prochaine arrêt…

Nous repartons sur l’A6, après 4h de route, nous prenons la sortie 30 direction Belleville. Nous nous arrêtons après le péage, Sophie me passe alors le volant, prend ma place et me dit :

  • Il fait vraiment trop chaud !
  • Tu as l’air très chaude cet après-midi…
  • Oui, c’est ça d’avoir une culotte…

 Sophie remonte sa jupe, se soulève sur le siège et fait glisser sa culotte très doucement en me regardant. Puis me la donne. Je passe alors un doigt entre ses cuisses ouvertes et je la sens bien humide.

 Sophie s’étire alors que mon doigt glisse en elle et me dit :

  • Pourquoi ne pas trouver un endroit sympa, je pourrais te sucer, je te l’ai promis avant de partir.

Je retire mon doigt, la regarde et redémarre. Nous passons Belleville pour nous retrouver sur une route entre des champs et vignes. Après quinze minutes de route départementale nous arrivons sur un petit coteau, un petit chemin entre deux arbres nous attend. Je m’y gare. Nous sommes isolés, légèrement en retrait de la route. Les habitations sont à 500m d’où nous sommes.

 

Je descends de la voiture, Sophie me rejoint. Nous nous embrassons, quelque voitures passent derrière nous. Je remonte la robe de Sophie, je caresse ses fesses. Ma belle en profite pour se frotter contre moi sans retenue. J’aime la douceur de sa peau, le frissonnement de ses envies.

Ma coquine se retourne, prend appui contre la voiture et me tend ses fesses. Sans tarder, je glisse un doigt entre ses fesses, je la sens alors se tendre de plaisir. Mon doigt glisse dans son intimité si humide, je l’amène jusqu’au bord du plaisir. Mais Sophie ne l’entend pas de la sorte et me dit :

  • Fais moi sentir ton sexe contre mes fesses…

Je viens alors me frotter contre elle mais ma belle me dit :

  • Non, je veux sentir ta peau…

 Elle se retourne, se met à genoux devant moi, ouvre mon pantalon, le fait glisser. Sa main frotte contre mon sexe tendu et trempé. Mon string me serre. Sophie le fait doucement glisser et avant que j’ai pu m’en rendre compte commence à me sucer.

Je sens sa bouche me parcourir, mon envie d’elle ne cesse d’augmenter encore et encore. Mais à peine a-t-elle commencé que ma coquine se relève et me dit :

  • Viens te frotter, je te sucerai comme il se doit juste après !

Mon sexe tendu vient se caler contre ses fesses, nous sommes totalement appuyés sur la portière de la voiture. C’est alors que nous entendons une voiture arriver, l’envie étant trop forte nous ne bougeons pas. Nous la voyons passer à une trentaine de mètres et nous continuons notre petit manège.

 Sophie se frotte tant et plus faisant devenir mon érection presque insupportable. Après plusieurs minutes et n’y tenant plus, je ne peux m’empêcher de lui dire :

  • Tu veux que je te prenne là, comme cela ?
  • J’en ai très envie, mais je t’ai fait une promesse…
  • Ce n’est pas grave, j’ai très envie de toi.
  • Moi aussi mais j’ai promis de te sucer en extérieur aujourd’hui.
  • Comme tu veux.
  • Viens que je te suce.

 Sophie se retourne, je la plaque contre la voiture nos deux sexes se frottent à la limite du coït. Ma coquine me caresse les fesses et m’entoure de ses jambes. Après de longues minutes de ce jeu, je me dégage d ma belle.

 Sophie s’agenouille alors devant moi. Je relève sa robe et dégage sa poitrine de son étreinte.

 Sans prévenir Sophie commence à me sucer d’une façon vertigineuse. Sa bouche et sa langue sont d’une précision redoutable. Mon excitation est tellement haute que je sais ne pouvoir résister bien longtemps à cet assaut. Ma douce coquine me goûte de la plus complète des façons, ses vas et viens sont un délice éternel, ses mains caressent mes fesses alors que sa bouche me fait sienne.

Je sens alors les premiers spasmes me parcourir. Sophie le sentant également, elle redouble d’effort et dans un dernier mouvement me libère totalement. La jouissance est si forte, si douce à la fois, sa bouche n’en perdant pas une seule miette.

 Puis ma douce coquine se relève, nous nous embrassons. Je sens son sexe humide contre ma cuisse et je lui dis :

4 commentaires sur “Un week-end dans les étoiles – 1/4 –

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :