Essayage coquin… de Monsieur

En ce week-end du 15 octobre, nous nous sommes éloignés de Paris pour le week-end. Direction un charmant hôtel étoilés à deux heures de Paris. Au programme piscine, sauna et repas avec un couple d’amis habitant la région dans le restaurant de l’hôtel.

Nous leur avons donné rendez-vous dans notre chambre pour partir au restaurant. Notre chambre se trouve au 1er étage, côté ville et nous avons une jolie vue sur toute la place devant notre hôtel. Avec Sophie nous avions envie de coquineries et sur les coups de 20h alors que je me prépare pour sortir ma douce vient se frotter à moi. Très vite ma coquine vient contre moi, commence à me masturber puis se met à genoux et commence à me sucer tout doucement avec envie. Je me laisse aller à ses douces caresses, mon pantalon et mon boxer étant à mes chevilles.

Je sens les aller-retour de ma belle. Je me laisse complétement partir aux douces caresses de ma coquine. Je sens sa bouche si chaude me parcourir et ses doigts si frais me masturber ! Je me laisse tomber sur le lit qui est juste dernière nous, Sophie me suce toujours, je tends les bras vers son intimité cachée sous son pantalon. Je la caresse alors selon le même rythme imprimé par sa bouche.

Ma coquine se relève par instants pour m’embrasser puis replonge vers mon sexe. Alors que Sophie me suce de plus en plus vivement, quelqu’un frappe à la porte. A peine ai je le temps de retirer mes doigts de ma belle, Sophie quitte mon sexe. Nous nous rhabillons tant bien que mal. Je glisse à Sophie :

– « La suite, dès que nous serons de retour après le restaurant. »

Sophie ouvre la porte, ce sont nos amis, nous descendons alors avec eux vers le restaurant.

Excités par ce petit jeu imprévu, nous n’arrêtons pas de nous jeter des coups d’œil en coin pendant tout le repas. Dès le repas terminé nous allons au bar de l’hôtel, histoire de finir la soirée tranquillement. Vers deux heures du matin, nos amis nous quittent et nous retournons vers notre chambre.

Nous avons ramené la commande de lingerie coquine de Guillaume. Nous prenons le temps de l’essayage dont voici quelques photos.

Tout d’abord, j’essaye un tanga bordeaux dont le dos est transparent (ce que Sophie apprécie particulièrement) :

Puis j’enchaine par un boxer blanc et bordeaux, légèrement fleuri :

Ce dernier n’a pas la préférence de Sophie. J’essaye alors de me rattraper avec un shorty mauve et or :

Je sens la main de ma douce me parcourir, comprenant qu’elle préfère largement ce dernier shorty. Je me détache pour me changer encore une fois et arborer un autre shorty :

Ma belle se rapproche de plus en plus de moi et les photos se font de plus en plus floues. Je termine alors par un shorty rouge :

Sophie prend une dernière photo. Nous éteignons la lumière, Sophie fait glisser ce dernier shorty au sol, je me retrouve nu devant ma douce assise sur le lit. Mon sexe est déjà tendu par cette séance particulière.

Ma coquine reprend sa douce fellation, je me laisse pleinement aller à ses envies. Rapidement je la relève, je la déshabille, la caresse. Ma coquine est déjà trempée d’envie ! Je l’allonge, passe ma bouche sur son coup, ses seins et enfin je la lèche avec délectation !

Je sens ma belle se tendre sous mes coups de langue. Je la pousse au bord de la jouissance sans lui laisser le soin d’aller jusqu’au bout. Je la goûte de longues minutes avec envie.

Sophie me relève et me glisse une demande que je ne peux refuser :

– « J’ai très envie de te chevaucher ! « .

Comment refuser une demande si coquine ? Sophie vient me chevaucher, comprenant très vite que son état d’excitation est très avancé. Je laisse ma belle guider notre danse. Son bassin accélère rapidement les va et vient. A chaque coup de reins, ma coquine accélère tant et plus. Après à peine quelques minutes, Sophie jouit une première fois dans un élan magnifique.

Je la sens se serrer contre moi et se laisser aller dans ce plaisir si particulier ! Ne souhaitant pas la laisser redescendre, je prends le relais et mes coups de reins se font tout aussi rapides que ceux de ma douce juste avant son orgasme.

Ma coquine tente de me ralentir au début et très vite reprend le rythme qui était le sien. Mes mains caressent ses fesses et ma bouche parcoure sa poitrine jalousement. Je sens ma belle au bord de jouir une seconde fois. Je la calme d’un coup, la contenant contre moi. Ma douce grogne de ne pas avoir joui. Ne sachant pas lui refuser un nouveau plaisir, j’accélère le rythme sans retenue.

Sophie se raidit peu à peu et ma belle me sussure à l’oreille entre deux râles de plaisir:

– « Tu me fais jouir pour la seconde fois, continue…. »

Une fois sa jouissance passée,  je ralentis le rythme pour que nous puissions reprendre notre souffle. Je propose alors à ma belle de passer dans le salon à côté pour changer notre terrain de jeux. Sophie m’embrasse, se retire puis se lève pour aller dans le salon attenant à notre chambre.

Il est près de 2h du matin, les rideaux du salon ne sont pas fermés, nous n’avons allumé aucune lumière seuls les lampadaires de la place nous éclairent. Nous nous retrouvons nus devant la fenêtre, quelques voitures passent juste devant nous. Peut-être pouvons nous être vus ? Cela nous excite de le penser…

Sophie prend une chaise, se met à genoux dessus, me tend ses fesses. Nous sommes face à la fenêtre. Sans un mot je la pénètre, avec peu de retenue. Je passe mes mains sur sa poitrine. Nous adoptons un rythme rapide, ma belle gémit de plus en plus. Je la sens venir encore une fois, Sophie m’avouant à demi-mot :

– « Je joui encore….. »

Cela ne nous calme pas, bien au contraire, le rythme ne baisse pas et nous continuons encore et encore dans cette levrette si coquine ! Je passe mes mains sur les épaules de ma belle, je l’agrippe et mes va et vient se font de plus en plus forts. Sophie est dans un état d’excitation totale, ses gémissements se transforment en cris. Cela nous excite encore et encore. Je sens l’intimité de mon amour se serrer autour de mon sexe d’une façon tellement violente que mon sexe glisse dehors et ma belle me criant :

–  » Je n’en peux plus, je joui encore…. »

Je glisse la main sur mon sexe trempé de nos échanges. Et le guide à nouveau vers l’intimité de ma belle. Sophie est trempée et serrée de ces jouissances successives. Ma coquine se retourne vers moi et me glisse un charmant :

– « Laisse toi jouir en moi, je n’en peux plus. J’ai très envie de te sentir jouir, vas y à fond ! ».

Je l’embrasse, notre levrette reprend sans plus de pudeur et de retenue. Quelques voitures défilent sous nos fenêtres. J’attrape ses épaules. Je vais et je viens entre les cuisses de ma belle. Sophie gémit encore et encore. Cela nous excite encore plus. Nous nous laissons aller à nos envies si bestiales. Je prends ma belle d’une force et d’une vitesse que nous ne soupçonnions pas. Je sens Sophie se serrer autour de mon sexe et dans un dernier élan nous jouissons ensemble.

Je me colle contre ma douce. Quelques vas et viens fugaces nous habitent encore. Nous nous relevons, nous nous embrassons et nous retournons nous coucher dans les bras de l’autre. Juste avant de s’endormir, Sophie me glisse :

– « cinq jouissances, cela fait trop…. mais j’ai très envie de recommencer ! « 

4 commentaires sur “Essayage coquin… de Monsieur

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour juste quelques mots pour vous dire que j’ai adoré la lecture de votre post c’est très érotique et très bien écrit.
    Bravo continue ainsi …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :