Une pause déjeuner gourmande – 2e partie –

Ma coquine passe alors ses jambes douces sur mes épaules. Je sens ses talons me frotter le dos. Sans attendre plus longtemps je plonge sur son clitoris. Ce dernier témoigne de l’état d’excitation dans lequel se trouve ma belle cachotière. Je le susurre, l’embrasse, l’aspire. Je joue avec sans aucune pudeur. Sophie accompagne ma tête de ses mains. Assise sur la table jupe retroussée, elle a tout le loisir de regarder mon évolution sur son corps si charnel.

Son clitoris reste mon terrain de jeu favori pendant de très nombreuses minutes, il ne cesse alors de grossir sous mes coups de langue et mes longues embrassades. Ma bouche ne fait plus qu’un avec lui, ne cesse de jouer. Je sens par instants des spasmes la parcourir. A chaque fois que j’appuie un peu plus sur son clitoris, les sursauts de son sexe se font de plus en plus fort. Cela fait peut être 20 minutes déjà que je joue ainsi sur son clitoris quand ma belle me glisse un brun perfide :

    • « Tu pourrais te caresser, à moins que tu ne sois pas assez excité ? »

Sans un mot, je commence à me masturber sans retenue tout en léchant ma belle tant et plus. Ma coquine m’encourage alors à aller plus en avant et à continuer :

    • « Tu me lèches si bien, c’est si bon, n’arrête pas de te caresser ! »

Me refusant à lui déplaire, je m’emploie sur mon sexe de la plus coquine et forte des façons. Tout en continuant à me masturber, je remonte peu à peu ma main gauche sur les jambes de ma belle. Sophie laisse alors sa jambe gauche s’ouvrir complètement, sa jambe droite étant toujours posée sur mon épaule. Ma main remonte sur son escarpin gauche, son mollet, l’intérieur de sa jambe et grimpe peu à peu à l’intérieur de sa cuisse pour gagner son clitoris.

Ma langue et mes doigts jouent alors alternativement une partition qu’il me plait de réaliser entre les cuisses lisses de ma belle. Ce jeu de doigts et de langue ne laisse pas ma belle indifférente qui très vite m’agrippe les cheveux de ses deux mains. Son clitoris gorgé de plaisir est sur le point d’exploser de jouissance. J’en profite alors pour glisser un doigt entre les lèvres trempées et chaudes de ma belle.

Ma bouche continue à parcourir son clitoris. De mon doigt, je vais et je viens entre ses reins dans des mouvements amples, délicats et précis. Mon doigt frétille entre ses cuisses, son clitoris est sur le point de faire sombrer ma belle dans un plaisir infini. J’accélère alors mes vas et viens avec mes doigts. Je sens ma belle se raidir, son sexe se serrer et dans un dernier élan je la sens jouir sous mes doigts. Ma langue continue à la lécher doucement alors que mon doigt ne bouge plus, si ce n’est en accompagnant sa jouissance.

Je sens mon amante perdre pieds dans cette première et belle jouissance. Je lui laisse reprendre un peu son souffle. Mon doigt la quitte quelques instants seulement. Sophie me caresse alors les joues, les cheveux, je n’ai qu’une envie continuer à la lécher ainsi.

Je me relève quelques secondes, je la regarde presque allongée sur la table du salon. J’ouvre alors son chemisier complètement pour dégager ses seins tendus. Je les embrasse de façon fugace et je repars vite entre ses cuisses. De mes deux mains je saisis les cuisses de ma belle et les écartes de façon impudiques pour mieux plonger entre ses cuisses humide.

Ma langue n’hésite pas à faire son chemin entre ses lèvres pour retrouver très vite une intimité si chaude et si trempée. Avec ma langue je fais de longs vas et viens, tout d’abord très lents puis de plus en plus rapide. Je goûte chaque millimètres de sa peau si intime. J’aime tant m’y perdre, j’aime tant m’y abandonner.

Sophie s’est totalement allongée sur la table, d’une main elle s’agrippe à la table, de l’autre elle caresse ses seins. Je maintiens fermement ses deux cuisses grandes ouvertes, par moment je la regarde tout en la léchant encore et encore. Ma langue et ma bouche appuient de plus en plus sur sa chatte trempée, ma langue va et vient entre ses lèvres juteuses et son clitoris.

Ma belle frémit encore de sa jouissance à peine passée et déjà un nouvel orgasme pointe. Je la sens au bord de chavirer, cela relance mon attention et ma bouche ne fait plus qu’un avec son intimité si parfaite. Mes lèvres, ma bouche, ma langue ne sont plus que les outils du plaisir que je souhaite offrir à mon amour. J’essaye de la servir alors comme il se doit. Je me relève de ma chaise, je me mets debout et me penche entre les cuisses de ma belle pour mieux appuyer encore son désir intenable.

Au bout d’à peine quelques minutes de ces caresses buccales ma belle est gratifié d’un orgasme divin. Je sens autour de ma langue des spasmes intenses. Ma coquine se courbe de plaisir et jouit dans un long étirement de tous ses charmes.

De ma langue j’encourage ma belle à rester à ce stade et je la lèche tant et plus, encore et encore. Je me rassoies, je lâche les cuisses de ma belle et je me masturbe alors tout en continuant de lécher Sophie. Ma coquine ne referme pas ses cuisses, tout juste un peu sa jambe gauche. Je sens alors mon bras cogner contre sa cuisse à chaque fois que ma main droite fait des vas et viens sur mon sexe.

Ce dernier aussi trempé que le mont de vénus de ma belle, ne demande qu’à exploser. Je lèche ma belle, son clitoris un temps délaissé redevient mon champ du bonheur. Mes mouvements de langue se font aussi rapides que les mouvements de ma main sur mon sexe tendu.

Le rythme s’accélère peu à peu, ma langue continue son jeu érotique. Je gémis de plus en plus fort, ma belle coquine est toujours en plein bonheur. Je n’ose aller déranger cet équilibre parfait avec mes doigts. Ma bouche et ma langue seront les seuls goûteurs de cette jouissance que ma belle me permet de lui donner. Je tourne ma langue selon un rythme que je sais la faire chavirer.

Ma langue, son clitoris, mon amour pour elle, son envie de moi ne font alors plus qu’un ! Je la lèche, je la lape, je lui fais gouter ma bouche comme il se doit et dans un dernier mouvement des plus charnels, je sens ma belle jouir d’une puissance insoupçonnée. Ma langue accompagne alors délicatement ce plaisir infini. Ma belle se cambre totalement sur la table, ouvre grandement ses cuisses et dans un dernier soubresaut retombe.

Je me relève, mes mains parcourent ce corps qui a déjà tant donné de plaisir. Ma belle me sourit, me regarde et me dit :

    • « Continue de te caresser, montre moi comme c’est bon de te voir jouir ! »

Je ne réponds rien. Je me relève, je me place debout au dessus de son ventre et je me masturbe tout en la regardant. Ma main gauche est agrippée à une de ses mains. Ses cuisses sont fermées sur mes cuisses et je me masturbe sans retenue. Cela ne dure que quelques secondes et ma belle me regarde jouir. Je me laisse aller à elle, sa main me serre de plus en plus, dans un dernier va et vient je me laisse venir sur ma belle.

Sophie me regarde prendre ce plaisir jusqu’au bout. Ma coquine fatiguée se relève, se colle contre moi et vient m’embrasser. Que j’aime ces instants où nous sommes l’un à l’autre, ces instants où nous nous abandonnons complètement l’un pour l’autre !

4 commentaires sur “Une pause déjeuner gourmande – 2e partie –

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :