Une après-midi en corset

Je te voyais avec un paquet. Nous étions au mois de juin, tu avais un très joli colis dans tes mains. Mon anniversaire était tout juste passé. Je me doutais que la destinataire de ce bel emballage était ma personne.
Tu t’es approché pour me le donner. Je n’avais, pour l’instant, pas la moindre d’idée de ce que cela pouvait être.

– « Joyeux anniversaire ma chérie, c’est pour toi » prononça Guillaume.

J’ouvris le paquet avec impatience et découvris un magnifique corset fuchsia.

Je le pris entre mes mains comme une œuvre d’art, comme si « Lejaby » avait fait un exemplaire unique et qu’il était pour moi. Je m’empressais de remercier mon amour et de lui témoigner mon remerciement en l’essayant. Le tissu est magnifique et m’entraîna dans quelques pensées coquines, dont je n’osais communiquer prématurément la teneur à mon amoureux. Nous avions toute l’après-midi ainsi que la soirée.

Nous décidions de nous balader. J’étais ravie de porter ce corset de façon visible avec  un chemisier blanc sous le corset pour me protéger du froid ainsi qu’une jupe noire au dessus du genou. Il faisait froid dehors, mais si chaud à l’intérieur. Mon envie de Guillaume était tellement forte. Avant de partir, je décida d’enfiler un porte-jarretelles que Guillaume pourrait découvrir tout au long de notre balade.

Nous nous arrêtons dans un bar. Une fois assis, la serveuse, plutôt nonchalante, prend nos commandes. Je sens la main fraiche de Guillaume sur ma cuisse, ce qui a le don de m’électriser.

J’adore ses mains et l’usage si doux et décidé dont il fait preuve. Je l’embrasse coquinement.

J’ai envie de lui montrer combien j’ai envie de sa personne toute entière, combien j’ai envie qu’il me fasse sienne. En cet instant, je suis tout à lui et la chaleur de mes cuisses en est l’un des baromètres. Plus personne n’existe dans ce bar, à part lui, à part nous.

Image 10

Une fois notre verre terminé et de coquines embrassades après, nous nous décidons de rentrer.

A notre retour, je me décide discrètement à enlever mon string.

Seul le porte-jarretelles et le corset font désormais office de sous-vêtements. Une envie que mon cher et tendre m’enlève ces bout de tissus me submerge, tout comme une forte envie de le déshabiller pour découvrir son corps si bien fait me prit fortement.

Nous descendions les volets, afin de nous protéger du vis-à-vis.

Guillaume portait une chemise que je déboutonnais doucement tout en l’embrassant encore et encore…

Sentir ma langue dans sa bouche, mmm. Que le baiser est un acte délicieux et si coquin…Nous étions ainsi assis sur le canapé, nos embrassades se faisant plus effrénées.

Guillaume découvrit avec surprise – et plaisir- en ôtant ma jupe, que je ne portais qu’un porte-jarretelles. Nos regards d’envies se croisaient. A mon tour, j’ôtais son pantalon pour y laisser apparaître un sexe exprimant tant d’envies et auquel je ne pu résister que quelques courts instants…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :