Mots-clefs

, , , ,

En ce mois de mars, nous sommes partis une semaine en vacance du 12 au 19 mars. Nous partons de Lyon Saint Exupéry mercredi dans la journée. Arrivés à Birmingham nous prenons le train jusqu’à une petite ville où nous avons réservé un cottage. Tard le soir nous sommes enfin seuls dans notre cottage en bord de manche dans la magnifique petite ville du Lincolnshire, à Skegness.

Trop fatigués de ce long voyage, nous nous endormons très rapidement. La première partie de notre séjour passe très rapidement sans jamais cessé d’être coquins… dés que nous le pouvons, à l’endroit où nous nous trouvons. Samedi dernier, nous décidons d’aller nous promener en ville et d’aller trainer dans un bar. Sophie porte une magnifique jupe noire à paillette, de jolies bottes et un corset mauve de chez Lejaby du plus bel effet. Le tout agrementé de jolis bas auto-fixants et d’un boxer noir à lacets rose qui fait à Sophie des fesses très sexy.

Nous entrons dans un bar en plein match de rugby, de nombreux supporters de l’équipe d’Ecosse se font entendre. Nous choisissons un coin au calme, non loin de nous un couple se laisse aller à des embrassades appuyées. Nous décidons à notre tour de nous laisser porter à ces étreintes, ma main glissant plusieurs fois sur la cuisse de ma belle, jusqu’à sentir la peau dénudée. Nous restons calmes jusqu’au soir. Une fois rentrés nous ne pouvons pas nous empêcher de quelques caresses, beaucoup plus calines que coquines, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Nous nous faisons réveiller en ce dimanche matin par le soleil tappant sur le volet de la fenêtre. A peine sommes nous réveillés que Sophie entreprant de me masturber. Qu’il bon de se faire caresser sur la première érection de la journée. Allongé sur le dos, je laisse ma belle se saisir de mon intimité comme elle le souhaite. D’ailleurs au bout de quelques minutes, ma belle me demande :

– « Tu ne veux pas te mettre à quatre pattes ?
– Si tu en as envie… »

Je m’éxécute avec plaisir, la main de Sophie me masturbe, je suis légérement au dessus d’elle, nous nous embrassons avec fougue. Par moments seule sa main masturbant mon sexe me touche. Pour aider ma belle, je donne quelques coups de reins. Sophie accélère alors ses vas et viens, je ferme les yeux tant le plaisir est bon. Au bout de plusieurs minutes, ma belle me demande :

– «  J’ai envie de toi, viens vite….
– Mmmm, avec grand plaisir »

Je vois ma belle écarter ses jolies cuisses et me guider vers son intimité que je n’ai pas pu caressé. Je rentre en douceur en elle, une chaleur m’envahit alors. Sophie caresse mes fesses avec ses mains et m’attire à elle tant et plus. Puis ses mains s’en vont, je sens alors ses jambes m’entourer et me serrer contre elle. Ma douce gémit de plus en plus, mes vas et viens se font plus précis, plus profonds, plus adaptés à son état d’abandon naissant. Peu à peu la jouissance nous gagne, nous nous laissons partir une dernière fois dans un orgasme partagé. La journée ne pouvait mieux commencer.

Nous prenons notre petit déjeuné, puis prenons notre temps pour prendre notre douche. La journée passe, en milieu d’après-midi nous nous préparons pour aller nous promener. Sophie s’habille et porte une jolie jupe noire, un chemisier noir décolleté. Je ne peux m’empêcher de soulever sa jupe pour voir ce qui se cache dessous. Et je suis ravi d’y découvrir un serre-taille porte-jarretelles noir en dentelle avec de vrais bas, un joli string noir et un soutien gorge mettant en valeur sa belle poitrine. Le tout mis en valeur par une paire de bottes.
Pour ma part Sophie me fait porter un pull noir, un jeans, et un string rouge de la marque Hom récemment acquis.

Nous décidons d’aller nous promener le long de la rivière Steeping, pour cela nous prenons le bus quelques minutes. En montant dans le bus, je remarque que parfois sous la jupe de ma belle nous apercevons la naissance de ces bas.

Arrivés au bord de la rivière, il fait un temps magnifique, le soleil brille, un vrai temps de printemps. Nous trouvons un chemin escarpé, relativement passant juste au bord de la rivière. Au dessus de nous passe une route, et sur la rive d’en face de nombreux badeaux passent. Nous nous arrêtons, Sophie m’embrasse langoureusement, je réponds à ce doux baisé avec tant d’envie. Je sens les mains de ma belle ouvrir ma ceinture, elle baisse mon string et se saisit de mon sexe. Mon sexe est déjà très dur, l’air frais et les puissants vas et viens de ma belle me procure des vagues de plaisir. J’attrape de mes mains la nuque de ma belle pour l’embrasser de la façon la plus coquine qu’il soit. Nous fermons les yeux, nous nous laissons aller… Sophie me masturbe encore et encore. Après de très longues secondes, nous ouvrons les yeux… C’est alors que quelqu’un arrive. J’ai à peine quelques secondes pour fermer mon manteau. Sophie se colle contre moi. Le promeneur passe devant nous sans même nous regarder….

image-10

Nous continuons notre petite promenade, Sophie me rhabille et en profite pour prendre quelques clichés de moi dans ce nouveau string rouge. Notre chemin continue, nous arrivons dans un endroit plus calme peut être. Ma belle coquine se met face à moi, je soulève sa jupe, glisse ma main entre ses cuisses et écarte son string pour mieux la caresser. Mes doigts glissent en elle, je la sens très humide, très chaude, très envieuse des vas et viens  que je lui fais avec grand plaisir.  Sophie gémit, nous nous embrassons encore et encore. Mes doigts jouent avec son intimité pour mieux l’exciter encore. Après quelques minutes de ces douces caresses, nous reprenons notre route.

Nous retournons sur nos pas et retrouvons l’endroit où nous avons été interrompus. Sophie me déshabille encore, prends quelques photos, je me caresse devant elle avec plaisir. Qu’il est bon de s’offrir ainsi à celle que l’on aime sans aucune retenue juste avec le plaisir d’être deux. Ma coquine revient vers moi et je ne peux m’empêcher de lui dire :

– « Suce moi ma belle
– Ici ? Comme ça ?
– Oui… j’ai très envie de sentir ta bouche…
– hummm avec plaisir »

Sophie se penche vers moi, saisit mon sexe avec sa main et dépose sa bouche sur mon sexe. Ses lévres entourent mon sexe et peu à peu vont et viennent avec une intensité toujours plus forte. Ma coquine me suce encore et encore, à sa façon de faire je reconnais un état d’excitation plus qu’avancé. Sophie se relève, m’embrasse et replonge vers mon sexe. Je caresse ses cheveux, je ferme les yeux de cette sensation si envoutante. Ma belle se relève, me rhabille et nous partons pour notre cottage.

Après plusieurs minutes, nous nous arrêtons sur un banc, Sophie ouvre alors son chemisier et me laisse découvrir sa poitrine. Mes mains caresse sa peau si chaude qui frissonne sous mes caresses. Ma belle écarte ses cuisses pour mieux me faire apprécier ses tenues. Nous faisons encore quelques photos. Nous repartons après quelques minutes. Sophie passe devant moi, je vois ses bas descendre un peu, je me baisse pour remonter des bas. J’aime faire ce geste, sentir sa peau et la douceur du bas. Nous rentrons à pied en ville.

image-22

Après presque deux heures de promenade nous sommes arrivés dans notre cottage. Sophie passe à la salle de bain se faire une beauté me dit elle. Je décide de m’asseoir sur le canapé. Très excité, je baisse mon string et mon pantalon pour commencer à doucement me masturber. J’en profite pour regarder les photos de l’après-midi. Au bout d’une poignée de minutes, Sophie revient. Elle est quasiment nue, elle ne porte plus que son porte-jarretelles et ses bas. Elle porte ses escarpins, ce qui lui fait une démarche très féline.

Ma belle vient s’asseoir à mes côtés, nous regardons les photos. Elle me regarde me caresser doucement devant elle. Une fois le visionnage terminé, ma belle me déshabille complétement. Ma coquine se met à califourchon sur moi. Nos deux sexes chargés de plaisir se frottent l’un à l’autre. Ma belle Sophie donne des coups de reins de plus en plus appuyés, je sens l’humidité de son sexe de plus en plus présent. Après un petit moment et un dernier coup de reins Sophie me fait la pénétrer très doucement. Le bonheur est total nous nous laissons aller complétement l’un à l’autre.

Puis Sophie se lève pour aller s’asseoir sur le bureau. Elle m’attire tout contre elle. Mes mouvements en elle se font de plus en plus rapide. Ses jambes m’entourent totalement, de mes bras je la retiens contre moi, ses gémissements sont de plus en plus puissants. Nous sommes possédés l’un par l’autre, ne plus faire qu’un est un bonheur sans fin. Quelle bonheur, quelle douceur de se laisser ainsi aller l’un à l’autre. Qu’il est bon de partager tout ça, d’être en phase l’un et l’autre, l’un dans l’autre…. ne plus faire qu’un.  Ma coquine me susurre à l’oreille :

– « J’ai très envie que tu me prennes dans la cuisine sur le meuble !
– Tout de suite ?
– Oui !
– Alors compte juste à trois et nous y allons….
– un….

Je la pénétre de plus en plus rapidement, mes coups de reins sont de plus en plus puissants. Ma belle gémit tant et plus. Je la sens au bord de jouir….

– deux…..

Je décide alors de ne plus me retenir, de lui procurer le plus de plaisir possible… Je la sens partir peu à peu… J’accélère encore, ma belle est au bord de jouir. Je m’arrête tout à coup, et tout en l’embrassant, je lui dis à l’oreille :

– trois ! « 

Je me retire de son plaisir, ma belle grogne de cette coupure. Nous nous dirigeons vers la cuisine. Sophie se positionne sur un buffet. La fenêtre donne sur la route de sorte que nous pouvons voir les voitures et les passants, et que nous n’en doutons pas nous pouvons être vus. Sophie dirige mon sexe en elle. Nous reprenons notre danse, Sophie s’ouvre au plaisir une nouvelle fois. Tout en allant et venant l’un à l’autre nous voyons quelques voitures passer. Cela nous excite encore et encore. Mes vas et viens se font sans plus de retenue, Sophie s’agrippe à moi pour mieux me sentir. Tout à coup je lui demande :

– « Tu ne veux pas te caresser ici comme ça, devant moi ? »

Pour toute réponse Sophie écarte ses jambes et commence à se caresser devant moi. Je la regarde prendre ce plaisir qui lui va si bien. Très vite je reviens à elle pour mieux lui faire sentir mon désir brûlant. Après quelques minutes nous décidons de repartir pour le salon.

Sophie me précéde, elle se met à genoux sur le canapé. J’écarte ses jambes, je me mets à genoux derrière elle. Mon sexe regagne alors la douceur de ma belle. Ma douce coquine se cambre. Mes vas et viens tout en elle se font de plus en plus suaves. Chaque secondes est un plaisir, chaque seconde est un bonheur. Une nouvelle fois, je sens ma coquine au bord de jouir. Je me retire de ce plaisir. Je me mets à genoux, je me tourne vers ma belle et ma langue glisse entre ses fesses.

Je goute à son intimité si humide, ma langue parcoure avec amour le délicieux fruit de ma belle coquine. Sophie gémit encore et encore. Ses mains agrippent mon sexe et sans m’y attendre Sophie me suce goulument. Ce 69 inattendu est un rêve à lui seul. Totalement abandonné l’un à l’autre nos gémissements se font de plus en plus présents. J’ai tant envie d’elle, elle qui est si douce, si belle, si coquine. Nous restons ainsi plusieurs minutes, nous savourons chaque instants.

Puis sans savoir trop comment je me retrouve une fois encore derrière ma belle coquine. Mes vas et viens se font sans retenue, Sophie grogne de plaisir à chaque mouvements de bassin. Très vite je la sens jouir dans un bel orgasme, Sophie en profite pour me dire : « Viens en moi, viennnnnns »

Ne pouvant rien refuser à ma belle, je joui avec ma belle, déclachant une danse infinie. Quel bonheur, quelle douceur de partager ces longs moment avec la femmr que j’aime plus que tout au monde.