Ma coquine se laisse alors aller quelques minutes. Mes caresses très superficielles sur son intimité deviennent de plus en plus insistantes, et peu à peu mes doigts gagnent la douce chaleur qui l’habite. Mes doigts vont et viennent alors, composant alors une douce musique qui n’est que plaisir et envie. A peine ai-je commencé à la caresser plus vivement, je sens sa main me masturber à nouveau. Je m’arrête alors de la caresser. Sa main va et vient sur mon sexe de plus en plus en forme au fur et à mesure que les minutes passent. Je la laisse maître de ces vas et viens, je suis complètement enivré de plaisir. Pourtant je me dis de l’arrêter. Je retire alors sa main.

Mes doigts reprennent peu à peu leurs vas et vient entre les cuisses si douce de ma coquine. Je me décale quelque peu vers la gauche, présentant alors à sa bouche ce qui me fait homme. Tout d’abord très surprise d’une telle présentation, ses lèvres s’ouvrent pourtant très vite. Sa bouche si exquise entreprenant alors une longue caresse qui électrise tout mon être. Mes caresses entre ses cuisses s’arrêtent peu à peu. Je me laisse complétement aller aux vas et viens de sa bouche. Par instants sa main vient se rajouter à ce plaisir sans nom.

Je décide alors de l’arrêter. Je la fais se mettre debout. Je la laisse quelques secondes debout, nue au bord du lit, yeux bandés. Je l’observe discrètement comme pour ne pas la faire fuir. Je reviens alors avec un bout de tissus achetés quelque temps auparavant auprès d’une grande marque de lingerie. Je lui attache les mains dans le dos. Très surprise de cette initiative, je sens ma douce quelque peu craintive.

image-6

Je la fais asseoir très doucement sur un fauteuil. Mains attachées dans le dos, yeux bandés, je la trouve très envoûtante assise de la sorte, jambe croisées. Je me mets alors à genoux entre ses cuisses, lui ouvrant ses jambes. Ma langue glisse alors directement sur son intimité. Je sais qu’elle ne peut pas bouger, qu’elle ne peut que se laisser faire à mes caresses. Ma langue titille éhontément son intimité, je la goute à chaque seconde comme un fruit du meilleur nectar. J’aime la faire venir à moi ainsi. Ma langue vas et viens en elle par moment, laissant échapper quelques cris de plaisir. Je sens ma douce Sophie au bord de l’excitation la plus complète. Elle est si belle dans ce plaisir. Je l’aime tant !

La laissant au bord de ce plaisir ultime, je me relève. Je tire Sophie à moi, elle se met debout. Je la fais alors asseoir sur le lit. Je présente alors mon sexe à ses mains. Surprise que je ne la détache pas, ses vas et viens sur mon sexe, au début un peu gauches, deviennent très vite très précis. De ce fait ma belle est obligée de se cambrer au maximum, je peux alors poser mes mains sur sa poitrine chauffer à blanc. Nous restons de longs moments à se caresser ainsi. Ma belle Sophie n’est pas loin de me faire jouir une ou deux fois tant ses vas et viens sont généreux.

Je détache mon sexe de ses mains si expertes pour le porter à sa bouche si joueuse. Ma belle me suce alors de la plus belle des façons. J’en profite alors pour détacher le bandeau de ses yeux. Je vois alors son magnifique regard si charmeur. A peine ma belle a-t-elle relevé la tête qu’elle replonge vers mon sexe gorgé de plaisir. Sa bouche va et vient, parfois très lentement, puis accélérant d’un coup. J’aime tant ce qu’elle me fait, ses vas et viens sont un enchantement permanent. Je la laisse me sucer ainsi sans retenue, juste avec sa bouche qui ne cesse de m’appliquer la meilleure caresse qu’il soit. Sans qu’elle ne s’y attende, je détache alors ses mains pour la rendre libre de ses mouvements, libre de ses envies, libre de nous. A ma grande surprise ses mains viennent à leurs tour gagner mon sexe, une danse à trois s’opére alors entre sa bouche, ses mains et ce qui me fait homme.

Très vite ma belle s’allonge face à moi, j’écarte ses jambes délicatement. Nous entreprenons alors une danse à deux, une danse généreuse, exquise, aimante… Une danse dont nous seuls avons la clef, une danse pendant laquelle nous n’arrêterons pas de nous dire : Je t’aime !