Mots-clefs

, , , ,

Le dimanche nous nous sommes réveillés tranquillement par la lumière du jour, il ne fait pas très beau dehors… Nous allons prendre notre petit déjeuné et revenons vite dans notre petit nid douillet. Nous nous allongeons sur le lit, quelques caresses suivent. Nous nous déshabillons rapidement, collé l’un contre l’autre nous nous assoupissons quelques instants.

Ma douce coquine part prendre sa douche, je reste seul sur le lit complètement nu, je vois par instant Sophie se retourner sur moi alors qu’elle se prépare pour se doucher. Je regarde son corps si féminin, si envoûtant. Je ne cesse de regarde sa chute de reins, ses fesses que je trouve si belles. J’aime la féminité qui se dégage de son corps, de son être, de sa façon de me regarder, je l’aime.

Je la regarde passer sous la douche, je la devine à travers les carreaux transparents, je vois ses mains parcourir son corps. Peu à peu mon sexe se durcit de ce spectacle saisissant et magnifique.Je commence doucement à caresser mon corps tout en continuant à la regarder. Je regarde chaque centimètres de son corps, je vois sa nuque si sexy, ses reins si sensuelles puis se retournant je redécouvre sa poitrine si ferme, son bas ventre si aimant, ses cuisses si accueillantes, ses jambes si douces.

Ma main glisse sur mon torse, sur mes cuisses, sur mon bas ventre. Peu à peu mon sexe se tend de plus en plus. Je vois le savon couler sur tout son corps, que j’aimerai la parcourir de toute ma bouche, me laisser glisser sur son corps là où l’envie nous mènera. J’adore la regarder, j’adore la toucher, j’adore tout chez ma coquine !

Je m’allonge complètement sur le lit, je ferme les yeux pour mieux me rappeler les images que je viens de voir. Ma main s’accapare mon sexe et de lents vas et viens commencent. J’entends l’eau couler, je me caresse très doucement. Je sens le jour et le soleil par moment glisser sur ma peau. Sensation envoûtant que de se caresser alors que Sophie est juste là sous la douche.

J’entends l’eau s’arrêter, ma belle sort de la douche. Le son du frottement de la serviette sur son corps humide m’électrise. J’accélère sans trop m’en rendre compte mes caresses. J’ouvre les yeux, je la vois la serviette autour de son corps, cachant son corps de sa poitrine à son intimité. Je lis son air surpris, elle esquisse un sourire coquin. Je vais pour retirer ma main, le voyant, mon amour me dit d’une voix calme et suave :

« – Continue, ne t’arrête surtout pas »
image-101
Je reprends mes caresses, je suis allongé à travers le lit, Sophie et debout au bord du lit. Je lui propose :

« – Tu ne veux pas venir me rejoindre ?
– Non, laisse toi aller, fais toi du bien, j’aime te regarder…
– Je continue dans ce cas.
– Ne t’arrête surtout pas »

Je ne peux pas refuser une telle demande. Mes vas et viens très lents, vont en s’accélérant de plus en plus. Je m’offre à ma coquine de la façon la plus nu qu’il soit. Seul son regard m’habille. mon souffle commence à s’accélérer, tout comme la vitesse de mes caresses. Je regarde ma belle dans les yeux, j’aime sentir son beau regard sur mon corps. Je sens qu’elle regarde tout mon corps, j’aimerais deviner ce qui se cache sous sa serviette de bain. Je ferme les yeux, me laissant complètement aller. J’aime me caresser ainsi, juste pour son plaisir, juste pour son envie. Je freine quelque peu mes caresses, je parcours mon sexe lentement de haut en bas.

J’ouvre les yeux, je regarde Sophie, toujours debout. Elle pose un pied sur la table de nuit laissant découvrir son intimité. Elle joue alors avec cette position, cachant puis me montrant tour à tour toute sa féminité. Je perds mon regard entre ses cuisses, puis sur son visage. Elle esquisse un sourire de plaisir, je sens en ces instants que mon plaisir, mon corps et ma main lui appartiennent. Mes caresses se sont accélérées à la vue de tant de délices. Comme pour mieux me freiner, elle repose son pied au sol, me cachant son intimité.

Au bout de quelques minutes, Sophie pose son pied sur le lit, je redécouvre toute sa féminité. Je vois ses mains écarter peu à peu sa serviette, jusqu’à découvrir complètement sa douce fleur. J’accélère mes mouvements, je la surprends alors à voir sa main descendre entre ses cuisses. Elle se caresse, très doucement. Sophie est d’une beauté extrême, c’est si beau de la voir s’adonner à ce plaisir si intime. Nous ne disons pas un mot, seuls nos yeux, nos souffles se parlent.

Je vois ses doigts glisser sur sa peau alors que les miens recouvrent ma masculinité. Nous jouons l’un de l’autre, suivant le rythme de l’autre, puis s’y opposant. Sophie accélérant, je ralenti jusqu’à presque m’arrêter. Elle s’arrête quasiment, j’accélère alors sans retenue…

Puis nous reprenons un rythme coordonné, Sophie se libère alors du reste de sa serviette. Je découvre ses seins gorgés de plaisir, ses hanches divines, son corps rempli d’envies. Ma douce est si jolie. Je sens le plaisir monter de plus en plus, je ne vais plus tenir longtemps… Le regard de ma douce amante est rempli du même plaisir. Nos respirations sont fortes, ne sachant plus si je dois continuer ou pas je retire ma main quelques secondes, Sophie me disant alors :

« – Laisse toi jouir, laisse toi aller…. »

image-111

Ne pouvant rien lui refuser, je me laisse totalement aller à ce petit jeu. Nos regards ne cessent de se croiser, de se décroiser. Ses doigts glissent entre ses cuisses, le plaisir est à son paroxysme, nos souffles se font plus rapides, plus forts… Je me saisi complètement de ce qui me fait homme, mes vas et viens se font plus intenses. Je ne quitte pas des yeux ma belle qui a également accéléré….

Je suis au bord de jouir, je suis à la limite de la douleur tant la tension est forte. Sophie pose son regard au fond de mes yeux, je la vois fermer les siens au son de gémissements plus forts… Je me laisse alors complètement aller, j’atteint le plaisir si tant attendu. Je ne quitte ma coquine des yeux que quelques secondes pour mieux me donner à elle.

Sophie ferme les yeux tout à coup, je vois ses doigts s’agiter d’une façon si exquise… Elle est si belle en ces instants… En ce plaisir… Sans doute fatigués d’être loin l’un de l’autre, nous nous approchons, nous touchons enfin pour mieux nous embrasser.

Fatigués, sous la chaleur de nos envies, nous nous retournons pour aller prendre une douche commune qui ne sera pas moins apaisante… Et la journée ne fait que commencer…