Mots-clefs

, , , ,

Comme nous aimons bien voyagé nous avions décidé de passer quelque jours dans le nord est de la France dans cette charmante ville que nous ne connaissions pas: Strasbourg. Pour une fois nous avions décidé d’y aller en train. Un doux petit voyage comme nous les aimons, nous sommes arrivés à Strasbourg il neigeait c’était un spectacle magnifique.

Nous sommes tout de suite allés louer une voiture pour aller à notre l’hôtel qui se trouvait aux abords de la ville.  Une fois installés dans notre chambre et notre dîné pris nous avons décidé d’aller au centre ville. Nous nous sommes habillés, Sophie porte une jupe portefeuille, un débardeur qui fait ressortir sa poitrine, de magnifiques bas et des bottes qui lui font une démarche très sexy. Pour agencer le tout elle porte un long manteau noir un peu plus long que sa jupe. Guillaume porte un jean serré faisant ressortir ses fesses, un pull a col roulé blanc, et un long manteau noir lui aussi.
Nous nous sommes embrassés longuement avant de sortir de notre chambre, les caresses étaient très appuyées démontrant déjà notre excitation importante. Pendant tout le trajet en voiture entre l’hôtel et un parking je sens la main de Sophie parcourir ma cuisse et parfois mon entre jambe déjà si tendu. Nous nous garons dans un parking souterrain, l’ascenseur étant en panne nous devons prendre les escaliers. Je fais passer Sophie devant moi pour mieux la regarder, elle est si belle dans cette jupe et avec ses bottes que je ne peux m’empêcher de soulever sa jupe et de glisser ma main entre ses cuisses tout en marchant. Je découvre alors un magnifique string vert-bleu en dentelle fine qui met ses fesses très en valeur, je sens que Sophie est déjà très excitée. J’ai juste le temps de retirer ma main que nous arrivons déjà dehors.

Sophie en profite pour glisser une main dans mon jean, je sens alors sa main froide me caresser les fesses tout en marchant. Nous continuons notre chemin de longues minutes en s’arrêtant autant que possible pour se caresser, s’embrasser, se serrer l’un contre l’autre. Enfin nous arrivons devant un bar qui paraît vide, nous entrons et nous nous nous asseyons. Il n’y a que le barman et quelqu’un avec qui il discute dans le bar. Nous sommes assis sur des tabourets hauts à une table de sorte que je tourne le dos à la baie vitrée qui donne directement sur la rue. Sophie est sur ma gauche, en face de moi se trouve le bar de sorte que je vois le barman et son ami discuté au bout du bar.

image-11
Le barman vient nous servir, nous sommes alors tranquilles pour discuter et nous embrasser. La discussion est très sensuelle comme souvent. Sophie pose son pied sur le barreau de mon tabouret, de sorte que ses cuisses sont légèrement ouvertes. Je glisse une main entre ses cuisses si douces, je reste d’abord a l’entrée juste au dessus des bas, j’aime cette partie de son corps qui me laisse entre voir tant de choses. Ma main droite caresse ses cuisses, parfois je m’arrête de bouger car je vois le barman regarder dans notre direction mais cela ne dure pas longtemps. Très vite je reprend mes caresses, Sophie m’embrasse si goulûment que je la sens très excitée. La chaleur de son entre jambes m’attire de plus en plus, mais le barman regardant à nouveau dans notre direction cela m’oblige à arrêter quelque instants. Une fois son regard passé, je pousse mes doigts plus en avant je sens ma belle Sophie très excitée !!!

J’écarte doucement son string, mes doigts glissent alors sur son entre jambes, elle est magnifique ainsi, portée par l’excitation. Je glisse mes doigts en elle très doucement, mais Sophie sent que le string me gêne, elle s’avance au bord du tabouret, ses cuisses se sont ouvertes. Mes doigts vont et viennent de façon maladroite. Sophie me demande alors:

«  – Tu veux que j’enlève mon string ?
– oui j’y arriverais mieux
– d’accord, j’ai très envie que tu y arrives mieux
– je te laisse aller aux toilettes pour l’enlever
– je peux l’enlever ici
– ici ? Non…
– si je t’assure
– c’est toi qui vois… »

Je vois alors ma belle se soulever légèrement je passe une main sous sa jupe et sur sa cuisse gauche, j’agrippe son string et je tire dessus. D’un coup Sophie se repose sur le tabouret et me dit:

« – Tu es sûr que les gens ne voient pas, ceux qui passent dans la rue dehors
– oui, pourquoi ?
– Il y a deux hommes qui sont passés qui ont souri
– Je ne pense pas qu’ils puissent voir »

Sophie se relève légèrement, passe sa main sous sa jupe et tire son string vers ses genoux, je l’arrête, son string est au bord de sa jupe et le barman regarde dans notre direction. Sophie me dit alors qu’un couple vient de passer regardant dans sa direction et rigolant. Sophie baisse alors ses jambes et je vois son string glisser jusqu’au sol. Je le ramasse pour le mettre dans ma poche.
Sophie me tire à elle et m’embrasse, je nous sens très excités et offerts l’un à l’autre. Je glisse ma main entre ses cuisses, sans crier gare je glisse un doigt en  elle . Mes vas et viens sont tout d’abord très doux puis s’accélèrent  peu à peu. Ma belle a sa tête posée contre mon épaule, je la sens gémir peu à peu. Elle m’arrête plusieurs fois tant elle a envie de crier, je la sens de plus en plus tremblante, de plus en plus humide. J’adore la caresser dans ce bar, cela est si excitant. Par instants je m’arrête pour mieux la reposer et l’exciter encore plus après. Plusieurs fois elle m’embrasse de la plus jolie des façon alors que mes doigts la parcourent tant et plus. Nous arrivons à un point où nous avons complètement oublié où nous étions. Sophie se retient de plus en plus de crier, c’est si bon de partager tant de plaisir avec celle que j’aime. Cela dure une bonne vingtaine de minutes, je sens ma câline prête à entrer dans un plaisir sans fin… Mais nous sommes rappelés à la réalité quand un groupe de personnes rentre dans le bar et se pose juste la table à côté de nous. Frustrés de ne pas avoir pu finir ce que nous avions commencé nous décidons de rentrer à l’hôtel.

En sortant nous passons devant le bar et nous nous rendons compte que nous voyons tout ce qui se passe à l’intérieur. Sophie me dit: « tu penses que les passants ont vu? », je lui réponds: « possible, je ne sais pas ». Nous partons alors dans un rire coquin et nous prenons le chemin du parking. Sur le chemin nous sommes très excités, je sais que Sophie est sans string et que l’air froid lui caresse son entre jambes si humides. Cela à le don de m’exciter encore plus. Nous arrivons au parking, nous payons et nous descendons les escaliers en direction de notre voiture. Mais une envie coquine nous arrête en chemin….La suite bientôt.