Pour couper avec nos semaines de travail fatigantes nous avions décidé de nous offrir un petit week-end en amoureux à Fontainebleau. Ville que nous ne connaissions pas davantage, mais quel plaisir que de se laisser aller à n’être que tous les deux à côté d’une magnifique foret qu’est celle de Fontainebleau.
Nous sommes arrivés de Lyon le vendredi soir pour repartir le dimanche en milieu d’après-midi sans se presser. Après déjeuner en ce dimanche nous avons décidé de nous balader une dernière fois dans la forêt. Il fait un beau soleil d’hiver, pas très chaud mais très envoûtant. Quelle ne fut pas notre surprise en voyant que tout le monde et notamment beaucoup de parisiens avaient eu la même idée que nous. Sophie portait une ravissante mini-jupe cachée par son long manteau qui avec ses petites bottines lui donnait un air de femme sage mais pas trop. Elle est si ravissante, si belle…je la vois encore.
Nous nous sommes promenés de longues minutes, tout en discutant et profitant du soleil. En arrivant sur une sorte de petite colline nous nous sommes arrêtés, trois jeunes filles étaient à quelque mètres de nous regardant le petit panorama. Sophie a commencé à m’embrasser, et je n’ai pas pu m’empêcher de la prendre dans mes bras et de faire pareil. Nous sommes restés à nous embrasser, nous regarder comme ça presque sans un mots de longues et délicieuses minutes. L’excitation est montée graduellement avec le temps, mes mains ont vite glissé sous son manteau, caressant tout d’abord son dos. Que c’est bon d’être l’un contre l’autre comme ça de se réchauffer mutuellement…Nos caresses se sont faites petit à petit plus insistantes, plus sensuelles. Les trois jeunes femmes étaient toujours derrière nous, ne nous regardant pas vraiment… Sophie s’est appuyée contre un arbre, j’ai ouvert son manteau, nous nous embrassons encore et toujours. Ma main ne peut résister à la douce envie de plonger entre ses cuisses, je soulève légèrement sa mini jupe, je sens alors son string que je ne peux qu’écarter très rapidement pour glisser mes doigts dessous. Nous sommes l’un contre l’autre, elle écarte légèrement les cuisses pour me permettre de la caresser plus en avant, je fais quelque va et viens, c’est si bon de la sentir ainsi blottie contre moi. Tout en la caressant elle passe sa main entre mes jambes, nous nous caressons ainsi quelque minutes retenant nos gémissements. Puis tout a coup nous entendons des gens s’approcher, nous arrêtons tout pour reprendre une posture normale, plusieurs couples passent juste à côté de nous sans se douter un seul instant ce que nous faisions il y a à peine 10 secondes. Les trois jeunes femmes n’ont quant à elle toujours pas bougé, n’ayant semble – t – il rien vu de notre petit manége. Une fois la tranquillité revenue, nous reprenons notre petit manége si envoûtant, nous nous laissons aller en oubliant tout ce qui nous entoure. Nos vas et viens respectifs se font plus intenses, plus précis, et l’envie ne cesse de croître. Nous sommes complètement excités l’un par l’autre !!! Au bout de quelque minutes les trois jeunes femmes n’étant toujours pas parties nous décidons de nous trouver un endroit plus isolé, ou nous pourrons nous laisser aller à plus de choses..
Nous marchons plusieurs minutes et nous trouvons un petit banc isolé entre deux petits massifs d’arbre devant et derrière lesquels les gens passent de sorte que nous voyons les gens arriver juste avant qu’ils nous voient… Nous nous installons sur ce banc, des gens passent derrière nous sans toujours nous voir, je me mets accroupi devant ma douce coquine, je lui caresse les jambes, puis je remonte tout doucement sur ses cuisses. Elle écarte légèrement les jambes pour laisser ma main passer, j’ai alors tout le loisir de découvrir son string noir. Je la caresse tout d’abord au travers, puis tout un coup je m’arrête, j’ai à peine le temps de retirer ma main qu’un couple passe juste derrière nous. Savoir que nous pouvons être surpris nous excite encore plus, ma main se glisse à nouveau entre ses cuisses, j’écarte doucement son string, et mes doigts ne cessent d’accompagner ma belle vers ce plaisir si incertain. Nous avons à peine entendu d’autres personnes arriver je me colle à Sophie, je ne peux retire ma main, ils passent derrière nous peut-être ont ils remarqué quelque chose. Une fois passés nous recommençons, c’est si bon je sens alors sa main se porter sur moi parcourant mon sexe de haut en bas. Nous restons sur ce banc une demi heure, peut être une heure, entrecoupée de passage juste derrière nous sans que personne ne dise quoi que ce soit ou n’ai vu quoi que ce soit…
Nous sommes déjà en fin d’après-midi, il nous faut prendre la voiture direction Lyon, nous montons dans la voiture et déjà nos baisers se font très coquins…